Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales : un duel droite-gauche aux allures de revanche à Morlaix

-
Par , France Bleu Breizh Izel

La ville de Morlaix (Finistère) pourrait bien retomber dans l'escarcelle de la gauche lors du second tour des élections municipales dimanche 28 juin. La maire sortante Agnès Le Brun est en difficulté face à Jean-Paul Vermot, malgré des scores très proches au premier tour (35,96% contre 36,90%).

La mairie de Morlaix va-t-elle revenir à gauche ?
La mairie de Morlaix va-t-elle revenir à gauche ? © Radio France - Annaïg Haute

Après deux mandats, Agnès Le Brun va-t-elle devoir quitter son fauteuil de maire de Morlaix (14.800 habitants) ? Devancée de 41 voix lors du premier tour le 15 mars, la candidate divers droite (ex-LR) a fait presque jeu égal avec son rival Jean-Paul Vermot (union de la gauche). Mais elle est en ballotage très défavorable depuis le retrait du candidat divers gauche Didier Allain (19,64%). 

"Sur le papier oui, reconnaît-elle, mais je n'aurais jamais été élue en 2008 et réélue en 2014 si on faisait simplement de l'arithmétique. Heureusement la politique c'est autre chose, c'est de l'humain." Pour l'emporter, Agnès Le Brun doit impérativement convaincre les 56% d'électeurs qui ne s'étaient pas déplacés au premier tour. Et espérer que cet entre-deux tours interminable pour cause de crise sanitaire puisse inverser le rapport de force.

Je pense qu'il n'y a aucune leçon politique à tirer du premier tour. Agnès Le Brun

Agnès Le Brun, au Congrès des maires de France en novembre 2019.
Agnès Le Brun, au Congrès des maires de France en novembre 2019. © Maxppp - Vincent Isore

Remake de 2014

Face à elle, la maire sortante retrouve le chef de file de la gauche morlaisienne Jean-Paul Vermot, qu'elle avait déjà battu au second tour en 2014 (51,82% contre 48,18%, 241 voix d'écart). Le conseiller départemental de 46 ans, originaire de Montbéliard dont il a conservé un fort accent, est installé depuis deux décennies à Morlaix (il fut directeur du Pôle Emploi). Il mise notamment sur son programme en matière d'écologie pour convaincre les électeurs. 

"La crise a remis au premier plan les urgences écologiques mais aussi économiques et sociales, qui étaient déjà des lignes de force de notre programme. Le développement de l'usage du vélo doit se faire sur le long terme, et pas en traçant des bandes jaunes provisoires sur les routes sans concerter personne. Une ville qui se veut écologique, on doit pouvoir s'y déplacer en vélo ou en navette électrique."

Très critique envers le bilan de sa concurrente, le candidat de gauche assure ne pas être dans un "esprit de revanche".

On a douze ans de recul sur la majorité en place, le bilan est négatif et nécessite un changement. Jean-Paul Vermot

L'affiche de campagne de Jean-Paul Vermot.
L'affiche de campagne de Jean-Paul Vermot. - Morlaix Ensemble

Course à l'écologie

Si Jean-Paul Vermot moque sa conversion à l'écologie, Agnès Le Brun défend son bilan. "Nous avons toujours été dans une politique très écologique avec zéro phyto, 80% d'approvisionnement local, la première salle de sport de Bretagne basse consommation et haute qualité environnementale, donc on n'a de leçon à recevoir de personne en la matière. L'écologie n'appartient pas à un parti politique."

La maire sortante a d'ailleurs prévu de créer "deux poumons verts supplémentaires en ville" et "des cheminements doux entre le musée et la Manufacture".

Agnès Le Brun laisse planer le doute sur son avenir si elle est battue le 28 juin. Elle refuse de dire si elle siégera ou non au conseil municipal. "Je reprendrais ma vie normale, c'est le jeu des urnes. La vie ne s'arrête pas, l'important c'est d'être en vie."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu