Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

« On n'a rien obtenu », les gilets jaunes de Côte-d'Or en attendent plus du gouvernement

mardi 4 décembre 2018 à 18:30 Par Adrien Serrière, France Bleu Bourgogne

Les gilets jaunes de Fontaine-les-Dijon sont une nouvelle fois déçus par les annonces du gouvernement. Le Premier ministre Edouard Philippe promet une suspension de plusieurs mesures, eux attendent des actions immédiates.

Les gilets jaunes de Fontaine-les-Dijon sont prêts à passer Noël dehors.
Les gilets jaunes de Fontaine-les-Dijon sont prêts à passer Noël dehors. © Radio France - Adrien Serrière

Côte-d'Or, France

La réponse n'est pas à la hauteur espérée par les gilets jaunes. Edouard Philippe a annoncé mardi plusieurs mesures pour endiguer le mouvement de colère qui dure depuis le 17 novembre. Le Premier ministre a notamment promis que les tarifs de l'électricité et du gaz n'augmenteraient pas au 1er janvier et que les taxes sur les carburants ainsi que la réforme du contrôle technique étaient suspendus pour six mois. 

Des annonces "somnifères"

A Fontaine-les-Dijon, les gilets jaunes n'ont pas du tout le sentiment d'une victoire : «C'est bien beau le blabla mais on n'a rien obtenu», lance Marie qui réclame une augmentation «de 200 à 300 euros par mois des retraites et des petits salaires». A côté d'elle, Christelle est également très remontée : «On a dit 'annulation', pas 'report'». Pour elle, cette annonce ne sert qu'à gagner du temps pour le gouvernement. D'autres parlent de «somnifères». 

« Là, j'ai peur qu'il y ait des débordements graves »

Au contraire d'endormir, ces nouvelles mesures ont même «fait monter la pression», déclare un manifestant sur le rond point du magasin Géant de Fontaine-les-Dijon. «Si, pendant huit jours, tu regardes un lion et tu finis par lui donner à manger une salade, le jour où tu le lâches...», commente son voisin. Ils promettent une nouvelle action de grande ampleur le weekend prochain : «Samedi dernier c'était limite mais là, j'ai peur qu'il y ait des débordements graves». Et pas question pour eux d'abandonner maintenant : «Je resterai le temps qu'il faut, quitte à passer Noël ici», assure un autre.