Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Nantes : 30 caméras de vidéosurveillance en plus d'ici l'an prochain

jeudi 28 mars 2019 à 9:03 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

30 caméras de vidéosurveillance supplémentaires vont être installées à Nantes d'ici l'an prochain. Et dès ce lundi, ce sont 39 policiers nationaux de plus qui vont arriver. Pour autant, il y encore des progrès à faire pour améliorer la sécurité.

Il y a déjà une centaine de caméras de vidéosurveillance à Nantes
Il y a déjà une centaine de caméras de vidéosurveillance à Nantes © Maxppp -

Nantes, France

Davantage de caméras de vidéosurveillance vont être installées à Nantes d'ici l'an prochain. 30 caméras. Elles vont s'ajouter à la centaine que compte déjà la ville depuis l'an dernier. Et, dès ce lundi, ce sont aussi 39 policiers nationaux supplémentaires qui vont arriver, dans le cadre de la police de sécurité du quotidien. Pour autant, la ville sait qu'il y a encore des progrès à faire pour améliorer la sécurité.

Plus de caméras dans l'hyper centre-ville et dans les quartiers qui nous préoccupent au niveau du trafic de stupéfiants

"Ces nouvelles caméras seront dans l'hyper centre-ville et dans certains quartiers qui nous préoccupent au niveau du trafic de stupéfiants", annonce Gilles Nicolas, l'adjoint au maire en charge de la sécurité et de la tranquillité publique, invité de France Bleu Loire Océan ce jeudi matin. "Elles doivent nous aider à atteindre les objectifs que nous avons fixés, avec la police nationale. Donc nous attendons aussi de l'État des résultats supplémentaires, notamment sur le trafic de stupéfiant"

Il n'y a pas un jour sans que la police sollicite plusieurs fois le centre de supervision urbain

Jusqu'à présent, la centaine de caméras déjà en place a permis de signaler 1.400 faits : "des violences aux personnes, des atteintes aux biens, du secours aux personnes...", énumère Didier Fillon-Nicolet, le directeur général sécurité et tranquillité publique à Nantes. "Ça a permis que des personnes soient plus gravement atteintes et d'interpeller des individus pour les empêcher de recommencer dans la foulée. Il n'y a pas un jour sans que la police sollicite plusieurs fois le centre de supervision urbain pour avoir accès aux images".

20 policiers municipaux recrutés

"Ces caméras nous ont déjà permis de progresser, mais on doit progresser encore plus", résume Gilles Nicolas. Et, pour ça, il faut aussi des renforts de policiers nationaux. 39 arrivent ce lundi, dans le cadre de la police de sécurité du quotidien, alors que, selon les syndicats, il en faudrait une centaine de plus à Nantes. "Depuis le début du mandat, la ville de Nantes a recruté 38 personnes", ajoute Gilles Nicolas. "20 policiers municipaux et 18 au centre de supervision urbain. Vous voyez que, nous, on met vraiment le paquet", assure l'élu.

La balle est dans le camp de l'État

Pour autant, l'opposition municipale estime que la majorité ne fait toujours pas assez. "En même temps, l'opposition a voté un vœu, avec nous, disant que la municipalité faisait des efforts importants et qu'il était plus que souhaitable que l'État se mette au même niveau", rétorque l'adjoint à la sécurité. "La balle est dans le camps de l'État. C'est pas le tout de lancer des slogans sur la police de sécurité du quotidien. Il faut y mettre des moyens et de la méthode".