Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Navires Mistral : la France et la Russie sont parvenus à un accord

jeudi 6 août 2015 à 11:49 - Mis à jour le jeudi 6 août 2015 à 14:37 Par Samanta E. Eyoum, France Bleu

Le président François Hollande et son homologue russe Vladimir Poutine ont finalement trouvé un terrain d'entente sur le dossier épineux que représentait la vente des deux navires. L'Elysée a donc annoncé mercredi 5 août en début de soirée que la Russie serait " exclusivement et intégralement remboursée des sommes avancées au titre du contrat".

Les Mistral destinés à la Russie
Les Mistral destinés à la Russie © Pascal Cléro

La vente des deux navires a semé la zizanie dans les rapports franco-russes au cours de ces huit derniers mois. Les deux pays sont finalement parvenus à un accord, comme l'a annoncé l'Elysée, mercredi en début de soirée. La France aura désormais "la pleine propriété et la libre disposition" des deux bâtiments, tandis que la Russie sera "exclusivement et intégralement remboursée des sommes avancées au titre du contrat".

Le coût du compromis

En mai 2015, la France aurait déja proposé à la Russie le remboursement des 785 millions d'euros perçus en avance, sous réserve de pouvoir disposer entièrement des navires, afin de les revendre à une tierce partie. Alors que la Russie avait refusé à l'époque, elle a fait savoir que cette somme avait été remboursée par la France. Cependant cette somme est hors contrat.

Le remboursement du contrat (chiffré à 1,2 milliard d'euros) serait "inférieur au prix d'achat initial", assurait ce matin le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian sur RTL. Pourtant, le député Les Républicains (LR) Thierry Mariani semblait avoir un avis différent :

"Je pense, sans trop de risque de me tromper, que l'addition, sera d'environ 1,5 milliard à 1,6 milliard (...) payés par le contribuable français"

Il inclut dans ses calculs la "dérussification" des navires, soit "200 à 300 millions", pour une éventuelle vente. Une partie des équipements répond en effet aux normes russes, ceux-ci seront d'ailleurs restitués à la Russie.

Ce contrat, négocié depuis 2008 et signé en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, est devenu problématique dès le déclenchement de la crise en Ukraine. La France avait, à la suite du conflit, suspendu en novembre 2014, et ce pour une durée indéterminée, la vente et la livraison des deux bâtiments. 

dthrtfjy - Aucun(e)
dthrtfjy