Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Notre-Dame-des-Landes : pour Françoise Verchère, "On ne peut pas s'appeler Camille jusqu'à la fin des temps"

mardi 17 avril 2018 à 9:15 Par Bertrand Pidance, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Françoise Verchère, la co-présidente du Cédpa (Collectif des élus qui doutent de la pertinence de l'aéroport) lance ce mardi un appel à ceux qui ont un projet sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes pour qu'ils signent "avant qu'il ne soit trop tard".

Françoise Verchère, co-présidente du Cédpa, au Tribunal administratif de Nantes en 2016
Françoise Verchère, co-présidente du Cédpa, au Tribunal administratif de Nantes en 2016 © Maxppp - Franck Dubray

Nantes, France

Huit jours après le début des opérations d'expulsions de la ZAD, les affrontements continuent à Notre-Dame-des-Landes. Françoise Verchère pense qu'on peut en sortir si chacun y met de la bonne volonté : "Il ne faut pas que ce soit les revanchards ou les jusqu'au-boutistes qui l'emportent, ce serait vraiment trop bête".

On ne peut pas s'appeler Camille jusqu'à la fin des temps - Françoise Verchère

La préfecture a donné un nouveau délai, jusqu'au 23 avril, à ceux qui ont un projet sur la ZAD, pour venir le déposer nominativement. La co-présidente du CéDpa leur lance un appel : "avant qu'il ne soit trop tard, signez, signez !" Françoise Verchère pense que tous ceux qui ont des projets, "doivent déposer ensemble leurs papiers mais ils faut qu'ils donnent des noms. On ne peut pas s'appeler Camille jusqu'à la fin des temps". L'élue, opposante historique à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, conclut : "il faut qu'on cesse de défendre l'indéfendable, c'est à dire ceux qui mettent en péril tout ce qui s'est créé sur cette ZAD".