Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Notre-Dame-des-Landes : un an après le "oui" à la consultation, rien n'a changé

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu
Loire-Atlantique, France

Il y a tout juste un an, le 26 juin 2016, les électeurs de Loire-Atlantique disaient oui à 55% à la consultation sur le transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes. Depuis, rien n'a changé. Des médiateurs viennent d'être nommés pour réexaminer le projet encore une fois.

Un an après la consultation sur Notre-Dame-des-Landes, rien n'a véritablement changé
Un an après la consultation sur Notre-Dame-des-Landes, rien n'a véritablement changé © Maxppp -

C'était il y a tout juste un an. Le 26 juin 2016, la consultation sur le transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes. Les électeurs de Loire-Atlantique y ont répondu oui à 55%. Depuis, il y a bien eu toute la campagne présidentielle, l'élection d'Emmanuel Macron, les législatives... mais rien n'a changé du côté de Nantes Atlantique ou de Notre-Dame-des-Landes. Les travaux n'ont pas commencé, la ZAD est toujours là. Seule nouveauté : la nomination de trois médiateurs pour réexaminer tout le dossier encore une fois, en tenant compte de toutes les options, pour enfin prendre une décision.

Ils nous prennent pour qui ? Pour des jambons ?" - Guylaine, électrice excédée

Et cette situation, elle agace ceux qui sont allés voter, il y a un an, comme Guylaine : "il n'y a rien de fait et maintenant, ils font encore autre chose avec le nouveau président ! Ils nous prennent pour qui ? Pour des jambons ? Pour des abrutis ? On est pas des abrutis, on est des citoyens ! On nous a demandé d'aller voter, on est allé voter et en fin de compte, il n'y a rien qui se passe. Ça veut dire qu'on nous prend vraiment pour des abrutis ! Moi, je suis dégoûtée, je n'avais même plus envie d'aller voter !"

Quand vous demandez un avis, vous n'êtes jamais obligé de suivre l'avis" - Didier Maus, spécialiste du droit constitutionnel

L'Etat français n'a donc pas respecté le choix des électeurs lors de ce référendum consultatif, mais pour Didier Maus, spécialiste du droit constitutionnel, tout ça est légal puisque ce n'était qu'une consultation. "Il appartient aux autorités de l'Etat, puisque c'est un projet national, de dire ce qu'on fait. Il a demandé son avis à la population, la population a dit 'on est d'accord', donc il appartient à l'Etat de donner une suite s'il l'estime utile. Quand vous demandez un avis, vous n'êtes jamais obligé de suivre l'avis. Vous avez le droit de le garder sous le coude ou de prendre la décision contraire. Ce ne serait pas très astucieux, mais on est plus dans le même contexte politique. Cette consultation a été un cas très particulier, je ne crois pas qu'il faut exagérer sa portée. C'est un problème qui empoisonne la vie politique depuis des années et des années, il faudra un jour en sortir. Le problème n'est plus juridique, il est politique".

Les photocopies des bulletins de vote brûlés devant la mairie de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu

En tous cas, pour marquer cet anniversaire, ,le COCETA de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu (collectif citoyen engagé pour le transfert de l'aéroport) organise une action ce lundi à 20h30 devant la mairie. Pendant le conseil municipal, il va demander au maire de venir s'exprimer sur l'avenir du transfert suite aux entrevues avec le Premier ministre Édouard Philippe et les trois médiateurs. Ils vont aussi faire une action symbolique : les photocopies des bulletins d'électeurs de tous les manifestants seront brûlées au milieu de la place de la mairie. Les Ailes pour l'Ouest et l'ACSAN (association contre le survol de l'agglomération nantaise) ont prévu de se joindre à cette action.

On y croit à cette médiation" - Le maire de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu

Le maire de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu, Jean-Claude Lemasson, était l'invité de France Bleu Loire Océan ce lundi matin. Il n'en peut plus d'attendre qu'une décision soit prise, parce que tant qu'il ne sait pas si l'aéroport sera transféré ou pas, de nombreux projets sont bloqués dans sa ville : "on y croit à cette médiation. Il faut qu'elle aboutisse à quelque chose ! On ne peut pas rester comme ça, un peu suspendu. On a un peu une épée de Damoclès au-dessus de nous, avec des retards importants pour des projets sociaux-éducatifs notamment, plus des frais financiers qui commencent à s'accumuler. Je saisirai d'ailleurs l'Etat pour le remboursement de ces frais financiers. En octobre 2017, nous devrions pouvoir commencer à bâtir ce que nous avions prévu de bâtir, notamment en terme de logements dans le centre-bourg. Nous n'allons pas pouvoir le faire et nous pourrons pas le faire avant au moins six ans et sans doute un peu plus. Donc six ans de retard, ça fait six ans de pénalités financières auprès de la concession. C'est d'ailleurs, je crois, ce qu'a intégré Edouard Philippe, notre Premier ministre, lors de notre entretient. Il n'avait pas pris conscience de la problématique aignanaise : la commune est couverte à 90% par le PEB (plan d'exposition au bruit) donc au-delà d'un développement, c'est une survie. Et le centre-bourg ne vivra pas si l'aéroport reste en place".

Les médiateurs doivent rendre leur rapport le premier décembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess