Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Ni Le Pen ni Macron": des actions dans plusieurs villes de France contre les finalistes de l'élection présidentielle

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à Rennes, Nantes, Clermont-Ferrand, Dijon ou Toulouse, pour dire leur opposition aux deux finalistes de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Des lycéens ont également défilé à Paris.

Un millier de personnes ont défilé jeudi à Rennes aux cris de "ni Le Pen ni Macron".
Un millier de personnes ont défilé jeudi à Rennes aux cris de "ni Le Pen ni Macron". © AFP - Jean-François Monier

Ils ne sont pas satisfaits du résultat du premier tour de l'élection présidentielle et ont décidé de le dire haut et fort. Des centaines de personnes se sont rassemblées ce jeudi dans plusieurs villes de France et ont défilé aux cris de "ni Le Pen ni Macron".

Manifestation tendue à Rennes

À Rennes, entre 950 personnes selon la police, et 1.500 selon les organisateurs, se sont réunies dans les rues du centre-ville avec pour mot d'ordre "#OnVautMieuxQueCa". La manifestation a commencé dans le calme avant que certains manifestants ne tentent de rejoindre le centre historique, dont les accès avaient été bloqués par les forces de l'ordre, qui ont utilisé des gaz lacrymogène. La circulation des trains a été perturbée après l'intrusion d'une cinquantaine de participants à la manifestation sur les voies de la gare de Rennes. Les affrontements se sont ensuite poursuivis dans le centre-ville, à grand renfort de grenades lacrymogènes pour tenter de disperser le cortège. Ils étaient encore quelques centaines en début d'après-midi à défiler en petits groupes dans les rues, survolées par un hélicoptère de la gendarmerie.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une personne interpellée à Nantes

À Nantes, le rassemblement a rassemblé environ 300 personnes en milieu d'après-midi dans les rues de la ville. Parmi les slogans entendus dans le cortège, des "Nantes debout, soulève toi". La circulation des tramways et des bus a été perturbée. Des heurts ont éclaté entre les manifestants et les forces de l'ordre en fin de manifestation. Les fumigènes ont répondu aux jets de projectiles. Une personne a été interpellée.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Lycées bloqués à Paris, rassemblements à Clermont et Toulouse

Des manifestations ont eu lieu aussi à Paris, à l'initiative de lycéens qui se sont d'abord rassemblés devant leurs établissements. Le lycée Voltaire, dans le 11e arrondissement, était bloqué jeudi matin à l'aide de poubelles entassées devant l'entrée. Plusieurs centaines d'élèves parisiens ont également défilé entre les places de la République et de la Bastille. Le rassemblement a été émaillé d'affrontements entre manifestants et policiers.

On est des êtres humains, pas des castors" - Guillaume Vimont, conseiller municipal à Clermont-Ferrand

Une centaine de partisans de cette nouvelle forme de "ni-ni" se sont également réunis dans le calme ce jeudi après-midi place de Jaude à Clermont-Ferrand, dont le conseiller municipal Guillaume Vimont. Sur France Bleu Pays d'Auvergne jeudi matin, cet électeur de Jean-Luc Mélenchon au premier tour du scrutin présidentiel a expliqué que pour le second tour, il hésitait entre "le vote blanc, le nul ou l'abstention". "On est des êtres humains, pas des castors. On nous demande de faire barrage, ce sont les castors qui font des barrages", a-t-il ajouté.

A Toulouse, les manifestants se sont rassemblés place du capitole, indique France Bleu Toulouse.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

A Dijon, une centaine de personne sont rassemblées dans le calme, indique France Bleu Bourgogne.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Sur les réseaux sociaux, des actions étaient aussi annoncées à Rouen et Caen.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess