Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Bordeaux : de Juppé à Florian

Nicolas Florian, nouveau maire de Bordeaux : "Je m'inscris dès maintenant dans la durée"

-
Par , France Bleu Gironde

A peine élu maire de Bordeaux et successeur d'Alain Juppé, Nicolas Florian a annoncé son intention de se présenter aux élections municipales l'an prochain. Pour cela, il compte imprimer son propre style et il a commencé à le faire dès son intronisation.

Nicolas Florian, le nouveau maire de Bordeaux, face aux applaudissements du Conseil municipal.
Nicolas Florian, le nouveau maire de Bordeaux, face aux applaudissements du Conseil municipal. - © AFP

Bordeaux, France

A peine élu, et avant d'entamer devant le Conseil municipal son premier discours de maire de Bordeaux, Nicolas Florian chausse ses lunettes. Elles sont rouges, et rappellent inévitablement celles d'Alain Juppé. D'une phrase, Nicolas Florian s'en amuse. Ce sera, au niveau du style, à peu près la seule référence à celui qui a occupé le fauteuil de maire depuis 22 ans.

"Je vais continuer à prendre le tram"

Nicolas Florian l'a dit dans son discours. "Ma vie a changé, a-t-il affirmé. Je le mesure tous les matins. Quand je prends le tram ou que je déambule en ville, le regard des Bordelaises et Bordelais a changé. Après l'étonnement de découvrir celui qui allait succéder à Alain Juppé, c'est l’appétence naturelle à venir dialoguer avec le nouveau maire". Dans un sourire, il a d'ailleurs évoqué un tram qui risquait de se transformer en permanence du maire au quotidien. 

Le tram et le vélo. Nicolas Florian a également indiqué en conférence de presse qu'il souhaite acheter un vélo électrique. Histoire d'aller un peu plus vite "que sur mon vélo actuel". C'est un maire qui la joue décontracté. Après sa conférence de presse, il prend le temps de fumer sa cigarette tranquillement sur le perron de la mairie alors que l'un de ses proches vient d'annoncer un appel de félicitations du Premier ministre Edouard Philippe quelques minutes plus tard.  Et lorsqu'une habituée de la mairie vient le saluer en donnant du "bonjour M. le maire", il l’interrompt pour lui dire "tu peux continuer à m'appeler Nicolas". Cette simplicité a même incité la sénatrice et conseillère municipale Nathalie Delattre à le tutoyer lors de la séance d'intronisation car, selon elle, "ce 'tu', c'est toi".

"Je n'ai pas d'ambition nationale"

Un maire Les Républicains succède donc à un maire fondateur de l'UMP mais qui n'était plus encarté depuis deux ans. Nicolas Florian va conserver sa carte car il estime que "les partis doivent avoir leur place". Il précise également avoir "un profond respect pour les militants". Il se déclare Gaulliste mais affirme qu'au niveau municipal, il faut savoir rassembler différentes tendances. Il s'appuiera donc sur trois piliers : Les Républicains, les centristes emmenés par le premier adjoint Fabien Robert et les non-encartés, "pilier fondamental" a-t-il dit, emmenés par la deuxième adjointe Alexandra Siarri. Il a lancé dans son discours : "Mon parti, c'est Bordeaux". Quant à l'idée de se voir pousser les ailes et rêver d'un destin national, il est très clair : "Je n'ai pas d'ambition nationale"

Quatre "défis" pour imprimer sa marque

Nicolas Florian a d'ores et déjà annoncé son intention de rester maire de Bordeaux plus d'un an. "Je serai candidat en 2020, affirme-t-il. Je m'inscris dans la durée".  Il doit donc démontrer qu'il peut imprimer sa marque dans les prochains mois. Sans entrer dans le détail des mesures qu'il souhaite mettre en place, il a défini quatre défis lors de son discours. Un défi démocratique avec l'idée de créer une maison de la parole où les habitants échangeront tous les quinze jours. Nicolas Florian envisage également de consulter les habitants sur les grands projets. Le deuxième défi concerne la cohésion sociale. Le troisième concerne l'écologie et l'environnement, dans les constructions, le traitement des déchets ou la nature en ville. Il a évoqué l'idée de prendre des mesures pour réduire l'usage des pesticides. Dernier défi évoqué, "l'encadrement de notre développement démographique". Il rejoint le discours assez nouveau de plusieurs maires de la Métropole. Il prône une "politique qui s'oriente vers l'habitant autant que vers de nouveaux arrivants".

Nicolas Florian est l'invité exceptionnel de l'émission "Vendredi politique" ce vendredi matin de 7h30 à 8h30 sur France Bleu Gironde.

Nicolas Florian est l'invité exceptionnel de l'émission "Vendredi politique" - Radio France
Nicolas Florian est l'invité exceptionnel de l'émission "Vendredi politique" © Radio France - OF / Maxppp
Choix de la station

France Bleu