Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Nicolas Hulot en visite en Corse

lundi 28 mai 2018 à 20:55 Par Hélène Battini et José Tafani, France Bleu RCFM

Le ministre de la Transition écologique et solidaire est en Corse depuis ce week-end. Ce lundi il a notamment inauguré une station d’épuration unique en Corse à Bonifacio, avant de présider les assises de l’eau mardi à Bastia.

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, aux côtés des élus insulaires.
Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, aux côtés des élus insulaires. © Radio France - José Tafani

Corse, France

Après Quenza, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, était à Bonifacio ce lundi pour inaugurer une station de réutilisation des eaux usées, unique en Corse. L'eau de cette station d'épuration est traitée et réutilisée pour alimenter l'arrosage du golf de Sperone, ce qui permet d'économiser 120 000 mètres cubes d'eau potable, soit l’équivalent de la consommation d'eau de Bonifacio pendant un mois en période estivale. Pour Jean-Charles Orsucci, maire de Bonifacio, il faut que l'Etat assouplisse sa réglementation pour permettre d'autres utilisations.

Loi littoral : pas question de toucher aux fondamentaux pour Nicolas Hulot 

Bonifacio, une commune également confrontée, comme beaucoup d'autres en Corse à la loi littoral. Des parlementaires ont déposé des amendements pour la modifier et l'assouplir, mais pour Nicolas Hulot, il n'est pas question de toucher aux fondamentaux de cette loi.

« Je vais veiller à ce que l’intégrité de cette loi ne soit pas mise en cause, d’ailleurs je pense que ce n’est pas l’intention du gouvernement. On n’a pas beaucoup de lois aussi fondatrices que la loi littoral, donc je vais faire en sorte qu’on ne l’affaiblisse pas. Entre ceux qui, à juste titre, disent « attention à ces aménagements parce-que cela peut créer des brèches dans lesquelles des intentions moins louables pourraient s’engouffrer », et les difficultés de certains élus, notamment des _petits villages, qui cumulent à la fois la loi littoral et la loi montagne_, j’ai plutôt les pieds sur les freins, car je sais aussi ce qui peut parfois se cacher derrière. Globalement ce sera des aménagements à la marge et sous triple contrôle pour éviter de s’engouffrer dans une brèche. »

« L'Etat doit nous aider à mettre en place le tri sélectif ! »

C'est l'appel lancé ce lundi par Gilles Simeoni  à Nicolas Hulot  dans l'extrême sud de l'île. Les deux élus se sont rencontrés dans le cadre de la visite officielle du ministre de la Transition écologique et solidaire. Selon le président de l'Exécutif de Corse, outre la participation de la collectivité de Corse, 3 à 4 millions d'euros seraient nécessaires sur quatre ans également de la part de l’Etat.

_« J’ai expliqué au ministre de l’Environnement qu’_il était indispensable que l’Etat s’implique, y compris financièrement, pour nous aider à généraliser le tri, dès les prochaines semaines. Ça a un coût, la collectivité prendra sa part mais l’Etat doit nous aider. Je lui ai demandé des explications sur sa position (concernant l’incinérateur) qui semblait remettre en cause les choix faits depuis longtemps par la Corse et la collectivité de Corse…Il m’a dit que pour lui c’était simplement une contribution à la réflexion et au débat... »

De son côté Nicolas Hulot a estimé que la Corse est confrontée à trois défis, celui de la gestion des déchets donc, mais aussi celui de la pénurie d'eau liée au changement climatique, et enfin, celui de l'équilibre entre la préservation du patrimoine et la fréquentation.

Nicolas Hulot sera ce mardi à Sampolu et Bastia où il présidera les Assises de l'eau.