Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Rouen : "Les étiquettes, c'est pour les vêtements" assure Nicolas Mayer-Rossignol, candidat

L'ancien président de la région Haute-Normandie, Nicolas Mayer-Rossignol, candidat aux élections municipales avec le collectif "Fiers de Rouen" a détaillé l'esprit de son projet ce lundi sur France Bleu Normandie.

Nicolas Mayer-Rossignol dans les studios de France Bleu Normandie le 4 novembre 2019.
Nicolas Mayer-Rossignol dans les studios de France Bleu Normandie le 4 novembre 2019. © Radio France - Olivia Cohen

Rouen, France

Il a lancé sa candidature début septembre, non pas sous la bannière du Parti socialiste comme lors des régionales de 2015, mais sous celle du collectif "Fiers de Rouen". "Mes convictions n'ont pas changé, mais quand vous voulez porter un projet pour un territoire, il faut travailler avec des gens de sensibilités différentes. Les étiquettes, c'est pour les vêtements", estime Nicolas Mayer-Rossignol, invité ce lundi 4 novembre 2019 sur France Bleu Normandie.

"Crédibilité"

"En local, ce qui compte, c'est l'énergie et la capacité à fédérer, poursuit le candidat. Je serai l'un des candidats les plus jeunes et en même temps j'ai cette crédibilité parce que j'ai dirigé une région et que je travaille dans le privé."

Les écologistes ont d'ores et déjà annoncé qu'ils présenteront leur propre liste aux élections municipales. "Cela n'a rien d'original, c'était déjà le cas en 2014", rappelle Nicolas Mayer-Rossignol, qui a détaillé certaines des personnalités qui ont décidé de le suivre au sein de son collectif : Matthieu de Montchalin, le patron de la librairie l'Armitière, l'entrepreneur François Bouché, PDG de VALGO ou encore Marc-Antoine Troletti, ancien président du club de rugby de Rouen.

"Faire l'autruche, ce ne serait pas acceptable"

A propos de l'incendie à l'usine Lubrizol et chez Normandie Logistique, le candidat réclame avant tout des "réponses" sur le suivi médical et l'audit des autres sites industriels.

"Faire l'autruche, ce ne serait pas acceptable. Mais en même temps dire : 'éloignez ces usines, on ne veut pas les voir', est-ce que c'est réaliste ? Non.", estime Nicolas Mayer-Rossignol qui poursuit : "Il faut engager une transition sur ce territoire, travailler tous ensemble, faire venir des activités moins polluantes et plus soutenables, des activités de recherche... Il faut que les citoyens s'approprient l'aménagement de la vallée de la Seine."

Et c'est pour pouvoir peser sur tous les dossiers que Nicolas Mayer-Rossignol est candidat "d'abord" à la présidence de la métropole : "Aujourd'hui la plupart des compétences et la plupart des budgets sont au niveau de la métropole. Porter un projet pour Rouen sans la métropole, ce serait malhonnête. Mais bien sûr, il faut une gouvernance collective."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu