Politique

Noël Mamère: "accueillir des migrants, c'est une chance et pas une menace"

Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde lundi 14 septembre 2015 à 10:57

Noël Mamère: "Bègles participera au devoir d'accueil des migrants"
Noël Mamère: "Bègles participera au devoir d'accueil des migrants" - France Bleu Gironde

Le député-maire de Bègles estime que le chiffre de 800 migrants qui seront accueillis en Gironde correspond à une réalité du terrain. Mais il attend aussi une grande solidarité de toutes les communes de la métropole.

France Bleu Gironde : 800 migrants accueillis chez nous en Gironde dans les prochaines semaines, est-ce un chiffre raisonnable à vos yeux?

Noël Mamère : on peut toujours faire mieux, mais le plus important c'est d'avoir un consensus au niveau de l'agglomération et du département pour répartir au mieux ce devoir de solidarité.  Nous sommes un certain nombre de communes et notamment Bègles, à avoir fait beaucoup d'efforts ces dernières années en faveur des migrants, mais cet effort doit être amplifié.

Attendez-vous une solution de la réunion d'aujourd'hui à Bruxelles?

Il n'y a pas le choix, la solution ne peut exister qu'au niveau européen, car la question est loin d'être réglée... sans parler des futurs réfugiés climatiques partout dans le monde. Il y a beaucoup de solidarité entre les pays mais certains pays de l'Est ont malheureusement la mémoire courte. A l'époque, ceux qui veulent fermer leurs frontières aujourd’hui ont été accueillis par l'Europe de l'ouest, ils devraient s'en souvenir.

Très concrètement commet s'organise l'accueil de ces populations?

Nous pouvons les héberger dans des locaux désaffectés, on peut aussi mettre à disposition par le biais des centres communaux d'action sociale de la ville des appartements qui seraient libres. Par ailleurs, il faut aussi un accompagnement associatif pour les adultes et les enfants, mais également pour expliquer aux habitants ces actions. Accueillir des réfugiés, c'est une chance et non poids. La France a été composée par les différentes vagues de migration. A Bordeaux pendant la guerre civile espagnole par exemple, beaucoup de migrants sont arrivés. La région bordelaise a aussi accueilli beaucoup de rapatriés  d’Algérie et l'ordre à l'époque n'a pas été chamboulé. Je vais organiser dans ma ville de Bègles des actions pour aider la populaiton à mieux comprendre ces réfugiés.

Les départs de François de Rugy et de Jean Vincent Placé d'EELV vous ont-ils surpris?

Non, la couleur était annoncée! On peut quitter le parti sans pour autant vouloir créer une concurrence. Je pense en tous cas que c'est vraiment malsain pour l'écologie de donner comme seul spectacle aux français celui de nos divisions internes.

Noêl Mamère: "Accueillir des migrants est une chance!"