Politique

Noël Mamère quitte sa vice-présidence de Bordeaux Métropole

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde vendredi 22 janvier 2016 à 16:42

Noël Mamère a suivi ce vendredi son dernier conseil de Bordeaux Métropole.
Noël Mamère a suivi ce vendredi son dernier conseil de Bordeaux Métropole. © Maxppp

Le député-maire de Bègles a annoncé ce vendredi qu'il ne siégerait plus au conseil de Bordeaux Métropole. Noël Mamère laisse la place à Clément Rossignol et dément tout "abandon en rase campagne".

France Bleu Gironde : Pourquoi quittez-vous la Métropole ?_

Noël Mamère_ : Ce n'est pas un abandon en rase campagne, c'est le résultat d'un accord que j'avais passé avec mes amis politiques au moment des élections municipales. Pendant le mandat précédent, je n'avais pas siégé à la Communauté Urbaine, considérant que les responsabilités peuvent être partagées au sein d'une équipe municipale et que le maire n'est pas obligé de siéger à la CUB, aujourd'hui Métropole. Je considère d'ailleurs que la Métropole ne peut pas être un club de maires. Quand Alain Juppé a été élu à la tête de cette collectivité, il a exigé de ne discuter qu'avec des maires. Je n'allais pas soustraire ma ville de Bègles à cette discussion. C'est pour cela que j'ai siégé depuis près de deux ans au bureau de la Métropole. Je devais aussi représenter le groupe écologiste qui m'avait désigné. J'avais deux dossiers très importants à défendre pour Bègles : le stade Moga et le musée de la Création Franche. Ils sont sur de bons rails. Je considère que le moment est venu de laisser la place.

Très heureux de contribuer au renouvellement de la vie politique.

Qui va vous remplacer ?

J'ai proposé à mes amis écologistes que Clément Rossignol, conseiller municipal de Bègles, soit proposé pour prendre ma place de vice-président. Et Franck Jouandet (adjoint au maire de Bègles, NDLR) va revenir à la Métropole. Je vous signale d'ailleurs que Clément Rossignol a déjà été vice-président dans l'ancienne mandature (chargé des déplacements doux, NDLR) et qu'il a une certaine habitude. Je suis également très heureux de contribuer d'une certaine manière au renouvellement de la vie politique.

Ce départ en annonce-t-il d'autres ?

Pas du tout. Je n'ai pas l'intention, au regard du climat politique qui est le nôtre, d’abandonner quoi que ce soit. Je suis très engagé dans le débat national et j'ai toujours beaucoup de passion pour ma ville de Bègles. De toutes façons, je me suis engagé auprès des électeurs. Je resterai maire et député. Mon mandat de maire court jusqu'en 2020, celui de député jusqu'en juin 2017. Nous verrons quel sera mon choix puisque c'est à ce moment là que s'imposera fort heureusement la loi sur le cumul des mandats.

Partager sur :