Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Occitanie", nouveau nom de la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu Hérault, France Bleu Roussillon, France Bleu Occitanie, France Bleu
Montpellier, France

Les élus de Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées se sont prononcés ce vendredi à Montpellier sur le nom de la nouvelle région. Sans grande surprise, c'est "Occitanie" qui l'a emporté. Le nom était arrivé largement en tête des préférences lors d'une consultation populaire.

Drapeau de l'Occitanie (illustration)
Drapeau de l'Occitanie (illustration) © Maxppp -

Réunis en session plénière au parc expo de Montpellier, les élus régionaux ont adopté à la mi-journée le nouveau nom de la région. C'est "Région Occitanie", assorti du sous-titre "Pyrénées - Méditerranée" qui l'a, comme prévu, emporté avec 85 voix pour, 60 contre et 9 abstentions.

Ce choix de sous-titre affirme un positionnement plus géographique que culturel, afin d'apaiser les tensions et  d'adoucir les frustrations. Et pour contenter tous les habitants de la grande région, et surtout les tenants du particularisme régionaliste, cette "'signature" pourra être dans certains cas traduite en langues catalane ou occitane.

Un vote sans surprise

Les élus ont suivi la résolution de la présidente socialiste Carole Delga, qui avait déclaré, en préambule de la session plénière :

"Un nom, c’est comme un visage. Il permet d’identifier, de reconnaître, de se souvenir de tout ce que l’on sait, ici, sur un territoire."

Ils ont également tenu compte des résultats de la grande consultation citoyenne organisée du 9 mai au 10 juin derniers et à laquelle quelque 200 000 personnes ont participé. Le nom "Occitanie" y avait été plébiscité à 45%.

Pourtant, cette proposition très identitaire d'"Occitanie" a fait grincer pas mal de dents, dans la région elle-même, mais aussi au-delà. Le président de l'Aquitaine voisine, Alain Rousset, a notamment protesté contre une "accaparation" d'un patrimoine partagé, arguant que "l'Occitanie ne se limite pas à une seule région".

Et surtout, les habitants des Pyrénées-Orientales, très attachés à leurs racines catalanes, se sont sentis oubliés. Ils ont multiplié les actions ces dernières semaines pour réaffirmer leur volonté de voir le mot "catalan" figurer dans le nom de la région. Ce vendredi matin, ils ont de nouveau interpellé les conseillers régionaux.

Main tendue vers les Catalans 

Carole Delga a tenu à les rassurer : "Je n’accepterais pas que l’on dise que la Région abandonne les Pyrénées-Orientales". Elle propose donc de créer un office public de langue catalane, comme il en existe un pour l'occitan, et d'installer le siège de l'Eurorégion à Perpignan.

Avant le vote, tous les groupes d'élus ont donné leur avis sur "leur nom" pour la région. Si la majorité de gauche penchait sans surprise pour "Occitanie", la droite insistait pour conserver le nom provisoire de "Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées" et le FN défendait "Languedoc".

Le nom retenu par le Conseil régional va maintenant être proposé au gouvernement. Le Conseil d’État tranchera définitivement par décret le 1er octobre sur le nom officiel de la région.

Pouvoir partagé entre Toulouse et Montpellier

Au delà du nom de la région, les 158 conseillers territoriaux se sont également prononcés ce vendredi sur la localisation des assemblées plénières et de l'ensemble des commissions permanentes. Là aussi, une décision fédératrice l'a emporté :  le pouvoir régional sera partagé entre Toulouse et Montpellier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu