Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Nos désaccords sont une force", explication de texte après la fusion des listes PS et EELV

mardi 8 décembre 2015 à 16:21 Par Marion Fersing, Tudi Crequer, France Bleu Maine et France Bleu Mayenne, France Bleu Loire Océan, France Bleu Maine et France Bleu Mayenne

Après l'accord trouvé lundi, le Socialiste Christophe Clergeau et l'Ecologiste Sophie Bringuy ont fait une conférence de presse commune ce mardi, pour expliquer comment ils peuvent s'unir malgré leur profond désaccord sur Notre-Dame-des-Landes.

Sophie Bringuy et Christophe Clergeau unis pour le second tour
Sophie Bringuy et Christophe Clergeau unis pour le second tour © Maxppp - Franck Dubray

Nantes, France

Le socialiste Christophe Clergeau et l'écologiste Sophie Bringuy ont explicité un peu plus les conditions de l'accord trouvé lundi soir pour une fusion de leurs listes en vue du second tour des élections régionales. Le seul point de blocage, c'était l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et ils se sont mis d'accord pour... ne pas être d'accord et gérer tout de même ensemble la région des Pays de la Loire s'ils sont élus.

Si on devait être d'accord sur tout, il y a peu de choses qui avanceraient dans la vie

"Depuis des années, les Socialistes et les écologistes gèrent ensemble la région, et ils le font bien, alors qu'ils ne sont pas d'accord sur plusieurs points, dont Notre-Dame-des-Landes", assure Sophie Bringy. "C'est important d'avoir une diversité d'opinion, c'est notre force ! Si on devait être d'accord sur tout, il n'y a pas beaucoup de choses qui avanceraient dans la vie" dit la candidate d'EELV dont les affiches ont été rajoutées au dernier moment autour de celles de Christophe Clergeau.

À LIRE AUSSI ►► Accord trouvé entre Christophe Clergeau (PS) et Sophie Bringuy (EELV)

25 candidats d'EELV rejoignent la liste de Christophe Clergeau - Radio France
25 candidats d'EELV rejoignent la liste de Christophe Clergeau © Radio France - Marion Fersing

Nous allons dépassionner le débat autour de Notre-Dame-des-Landes

Entre acquiescements et sourires entendus, Christophe Clergeau exprime le même point de vue. "Ni Sophie Bringuy, ni moi n'avons changé nos convictions : je suis attaché à la réalisation de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et je travaillerai pour ça". Et il assure que l'étude sur laquelle il s'est mis d'accord avec Sophie Bringuy pour l'amélioration de l'aéroport actuel ne remet absolument pas en cause celui de NNDL. "Cette étude sera là pour nourrir le débat. Elle sera menée conjointement, et pour la première fois, par des opposants et des partisans du nouvel aéroport. Nous allons dépassionner le débat". Et Sophie Bringuy de renchérir : "il faut réactualiser les chiffres sur le bruit, les parkings, etc. Nous aurons ainsi une base commune de travail et de débat".

C'est l'Etat qui décide

Et si la ZAD est évacuée ? Et si les travaux commencent à Notre-Dame-des-Landes ? Sophie Bringuy refuse de se projeter - "je ne fais pas de politique fiction" - et Christophe Clergeau renvoie la balle dans le camp du gouvernement : "il n'est pas question de calendrier dans notre accord, c'est l'Etat qui décide et nous réagirons en fonction. Je n'ai pas les mains liées par les décisions qui sont prises à Paris".

Quant aux électeurs qui pourraient s'étonner, voir s'agacer de cette fusion pour le deuxième tour pour remporter les élections, voilà la réponse de Christophe Clergeau : "la diversité au premier tour puis le rassemblement au second, c'est la tradition de la gauche française. Même si moi, j'aurais souhaité une union dès le premier". Le reste de la gauche appréciera.

LIRE | Accord EELV-PS : entre dégoût et satisfaction à Vigneux-de-Bretagne (44), commune concernée par le futur aéroport