Politique

Notre-Dame-des-Landes : la grosse colère d'un élu PS contre François Hollande

Par Pascal Roche, France Bleu Loire Océan mercredi 14 décembre 2016 à 12:17

Christophe Clergeau, président du groupe PS au  Conseil régional des Pays de la Loire
Christophe Clergeau, président du groupe PS au Conseil régional des Pays de la Loire © Maxppp -

Le président du groupe PS au Conseil régional des Pays de la Loire demande à François Hollande de dire ce qu'il va se passer pour le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. "Le patron du dossier c'est le Président de la République" dit Christophe Clergeau

Christophe Clergeau ne décolère pas depuis la diffusion le vendredi 9 décembre d'une dépêche de l'AFP qui, citant des sources gouvernementales, affirmait qu'aucune évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes n'était possible tant que le contentieux avec Bruxelles n'est pas réglé. Ce contentieux avec Bruxelles, le président du groupe socialiste au Conseil régional des Pays de la Loire, n'y croit pas et y voit un prétexte. Pour lui, "il n'y a pas de sujet bruxellois et on le sait tous très bien" a t'il déclaré mercredi matin sur l'antenne de France Bleu Loire océan.

"Qu'il n'y ait pas un dirigeant du pays qui dise ce qu'il va se passer est scandaleux" - Christophe Clergeau, chef des élus socialistes à la Région Pays de la Loire

L'élu socialiste, partisan du transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes n'apprécie pas que depuis plusieurs jours, personne au gouvernement n'ait pris la parole pour confirmer les informations publiées par l'AFP. Christophe Clergeau considère que dans ce dossier "le patron, c'est le Président" et c'est donc à lui de dire ce qu'il va faire et "comment il va respecter le vote des électeurs de Loire-Atlantique". L'ancien premier vice-président de la région se dit révolté par ce qu'il considère comme un manque de courage et il ajoute : "Si François Hollande veut arrêter le dossier, qu'il le dise clairement".

Christophe Clergeau en colère contre François Hollande et contre le gouvernement