Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Nous sommes méprisé, mais c'est nous qui tenons la société" selon Jacques Degouy FO Retraités

vendredi 12 octobre 2018 à 11:29 Par Fabien Fourel, France Bleu Azur

En plein début des négociations de la nouvelle réforme des retraites et avant une grande manifestation des retraités jeudi prochain, Jacques Degouy délégué FO Retraites des Alpes Maritimes est l'invité de France Bleu Azur Matin.

Jacques Degouy - Délégué FO Alpes Maritimes
Jacques Degouy - Délégué FO Alpes Maritimes © Radio France - Fabien FOUREL

Alpes-Maritimes, France

Hausse de la CSG, report de la revalorisation des retraites, réforme à venir,.. . Les retraités ne sont pas content et ils le font savoir avec des manifestations régulières ces derniers temps. Après avoir participé à la grande mobilisation de mardi dernier contre la politique sociale du gouvernement, ils organisent leur manifestation partout en France jeudi prochain. 

A cette occasion, Jacques Degouy a expliqué que cette mobilisation est indispensable par les temps qui courent. 

Emmanuel Macron méprise les retraités. Il balaye une vie de travail alors qu'il est jeune, énarque, banquier" Jacques Degouy, délégué FO. 

Pour le jeune retraité (qui a quitté le monde du travail il y a deux mois a peine), les retraités sont devenu "des chiffres, des éléments statistiques, c'est une machine qui broie l'humain". 

Sur la nouvelle réforme des retraites 

Le jeune retraité s'estime chanceux d'avoir échappé à la réforme. Avec le nouveau système de décote prévu et les pénalités, il explique qu'il n'aurait pas pu partir à 62 ans. 

On ne pourra pas partir à 62 ans, on sera dépendant car on ne percevra pas assez pour vivre.