Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Nous, territoire rural, ne devons pas nous résigner à mourir", dit Françoise Mesnard, maire de Saint-Jean-d'Angély

-
Par , France Bleu La Rochelle

Françoise Mesnard, maire de la commune de Saint-Jean-d'Angély, en Charente-Maritime, était l'invitée, ce vendredi, de l'émission spéciale "Débattons Ensemble", sur France Bleu La Rochelle. L'occasion de faire un point sur la désindustrialisation, et les difficultés de maillage des territoires.

Françoise Mesnard, maire de la commune de Saint-Jean-d'Angély, était l'invitée de "Débattons Ensemble".
Françoise Mesnard, maire de la commune de Saint-Jean-d'Angély, était l'invitée de "Débattons Ensemble". © Radio France

Avec un peu moins de 8 000 habitants, Saint-Jean-d'Angély, en Saintonge, au Nord de Saintes, a tout de même le statut de sous-préfecture, et de ville importante de la Charente-Maritime. Mais doit faire face, depuis plusieurs années, à la désindustrialisation et à la perte d'emploi. L'usine Brossard, née dans la commune, et qui employait jusqu'à 700 salariés, est "descendue" à 72 employés, avant de fermer en 2013. En 2016, c'est aussi la maternité qui a fermé, détruisant moins d'emplois, mais faisant perdre un service public important. 

Il a donc largement été question de ces sujets, lors de la demie-heure qu'a passé la maire de la commune, et conseillère régionale (parti socialiste) Françoise Mesnard, dans les studios de France Bleu La Rochelle, dans le cadre de notre émission "Débattons Ensemble". 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des pertes d'emploi auxquels il faut ajouter "1 000 emplois dans le bois, et une centaine dans l’industrie de la chaussure", pointe François Mesanrd, qui dit son envie d'aller vers une "nouvelle ruralité". "Nous pensons qu'il n'y a pas de fatalité, que nous, territoire rural, ne devons pas nous résigner à mourir, que nous devons relever la tête", a-t-elle d'abord martelé.

Station thermale, cinéma, salle de spectacle

Saint-Jean-d'Angély veut aussi se développer culturellement, avec la reconstruction de la salle de spectacle L'Eden, et la construction d'un cinéma, qui pourrait accueillir 50 000 spectateurs par an, en centre-ville juste en face de la future station thermale, la quatrième de Charente-Maritime, qui, elle, espère 5 000 curistes en 2023.

Et à Saint-Jean-d'Angély, Brossard a été "remplacé" par une autre biscuiterie, bio, Jean et Lisette, ouverte en septembre 2018. Après le départ de Brossard, "on s'est posés, et on s'est demandé quels étaient nos atouts, se souvient-elle. Et nos atouts, c'est notamment la plus grande coopérative céréalière bio de la Nouvelle-Aquitaine, la Corab". Et ce sont donc la Corab, ainsi que Léa Nature, qui ont participé à l'installation de Val Bio Ouest, en 2014, unité qui regroupe plusieurs entreprises du secteur du bio. Une entreprise qui fabrique des glaces va bientôt arriver, tout comme une huilerie. 

Depuis 40 ans, on vide les zones rurales, on métropolise à tout va

La ville participe au Grand débat national, avec la mise en place de cahiers de doléances, et une réunion publique, organisée le 1er mars (18h), à l'Abbaye royale. "Ça va être compliqué de faire une synthèse de toutes ces propositions, estime-y-elle. _Mais ce qui me frappe, c'est que depuis 40 ans, on vide les zones rurales, on métropolise à tout va, alor_s que nous avons de si beaux territoires, de si belles villes où il fait si bon vivre. Et je vous assure que la qualité de vie à Saint-Jean-d'Angély est exceptionnelle." Et de critiquer l'arrivée de la LGV, et le projet de futur RER à Bordeaux, qui concentrent, selon elle, l'attention, et l'argent, sur la capitale régionale. 

"Ce qui m'a toujours étonné, c'est qu’aucun gouvernement n'a pris la mesure de cette désindustrialisation. On a laissé ces emplois mourir, ne les a pas remplacés, et les gens sont allés là où il y avait du travail, conclut Françoise Mesnard. Qui a récolté, pendant notre émission, les louanges d'une auditrice, parlant d'une maire "dynamique". Constat partagé sur Facebook, par Bernard, qui évoque de "magnifiques projets pour la promotion de Saint-Jean". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess