Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Nouvelle-Calédonie : non à l’indépendance…pour le moment

lundi 5 novembre 2018 à 10:06 Par Hélène Battini et Patrick Vinciguerra, France Bleu RCFM

La Nouvelle-Calédonie a fait le choix ce dimanche de rester dans le giron français, au terme d'un référendum d'autodétermination historique. C'est le "non" à l'indépendance qui l'a emporté avec 56,4% des voix contre 43,6% pour le "oui". La participation a été massive, avec 80,63 % de votants.

C'est le "non" à l'indépendance qui l'a emporté avec 56,4% des voix contre 43,6% pour le "oui".
C'est le "non" à l'indépendance qui l'a emporté avec 56,4% des voix contre 43,6% pour le "oui". © Maxppp - maxppp

Corse, France

La Nouvelle-Calédonie restera française. Ce dimanche, le peuple de cet archipel de 280 000 habitants au cœur du Pacifique Sud était appelé à s’exprimer sur la question de l’indépendance de son territoire. A l’issue du référendum, le « non » à l'indépendance l'a emporté avec 56,4% des voix contre 43,6% pour le « oui », un score en faveur du maintien nettement moins large que prévu par les sondeurs dans une fourchette de 63 à 75%. Emmanuel Macron s'est félicité de la "marque de confiance dans la République française".

Nouvelle-Calédonie, référendum du 4 novembre 2018 - Radio France
Nouvelle-Calédonie, référendum du 4 novembre 2018 © Radio France - France Bleu

Un scrutin suivi de près en Corse

Ce scrutin a été suivi avec une attention particulière par les indépendantistes corses pour qui les résultats obtenus par leurs homologues kanaks sont synonymes de victoire. Après les résultats de ce référendum, les indépendantistes kanaks ont fait part de leur détermination à solliciter un deuxième puis troisième référendum, estimant être « à deux doigts de la victoire ». Un sentiment partagé par le Président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni pour qui, cependant, "un comparatif entre la Corse et la Nouvelle-Calédonie n’est pas approprié".

Pour Paul-Félix Benedetti, « ces résultats sont synonymes de victoire. Le peuple kanak peut aspirer légitimement à un droit à l’existence et à la gouvernance ». Le chef de file du mouvement indépendantiste Core in Fronte va plus loin encore et souligne qu’« il appartient à présent à la communauté internationale de prendre la décision unilatérale d’imposer à la France une décolonisation absolue. »

Pour Jean-Martin Mondoloni, président du groupe Per l’Avvene à l’Assemblée de Corse, il s’agit avant tout de la victoire de la paix, pour lui « tout parallèle avec la Corse serait imprudent ».

Reportage :  Roland Frias.

Le regard de l’expert 

Benoît Trépied, anthropologue, chercheur au CNRS, spécialiste de la question calédonienne est notamment l’auteur de « La coutume Kanak dans l’État : perspectives coloniales et post coloniales sur la Nouvelle-Calédonie », ouvrage paru en 2017 aux éditions L’HARMATTAN. Comprendre les enjeux de ce référendum ? Peut-on en tirer des leçons en Corse ? Benoit Trépied est l’invité de la rédaction de RCFM ce lundi.