Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nouvelle crise au Parc Naturel Régional de la Corse

-
Par , , France Bleu RCFM
Corse, France

Une crise de gouvernance dénoncée par les élus de la majorité territoriale nationaliste. Membres du conseil syndical de la structure, ils accusent le président Jacques Costa d'avoir procédé à un recrutement sans respecter les règles de transparence et d'équité mises en place depuis 2015.

Jacques Costa, le président du PNRC
Jacques Costa, le président du PNRC © Radio France - francebleu

Il s'agit du recrutement de José Filippi au poste de directeur général adjoint aux finances. Des accusations rejetées en bloc par Jacques Costa, qui assure avoir pris sa décision en conformité avec les textes en vigueur.

Dialogue de sourds 

Les élus de la majorité territoriale demandent à Jacques Costa de convoquer début 2018 le conseil syndical pour évoquer cette situation, qu'ils qualifient de crise, sans quoi, prévient Petr'Anto Tomasi, « les statuts prévoient que nous puissions demander la réunion d’un comité syndical extraordinaire, ce que nous ferions mais nous souhaitons ne pas en arriver là. Il est de bonne méthode et de bonne gouvernance pour le président aujourd’hui, après les discussions par voie de presse, de convoquer l’ensemble des élus pour débattre. Cette crise est extrêmement préjudiciable pour le parc et l’obtention de son label, la stabilité de la gouvernance est une condition sine qua non pour le récupérer. Sans label il n’y a pas de parc, il est légitime de revenir à la raison et un fonctionnement normal. »

Petr'Anto Tomasi, membre du conseil syndical du PNRC
Petr'Anto Tomasi, membre du conseil syndical du PNRC - tweeter

Pour Hyacinthe Vanni, membre du conseil syndical du PNRC également, ce n'est pas acceptable. « On ne remet pas en cause l’embauche de José Filippi, mais la méthode. Ce que nous appliquons à la CTC la transparence et l’équité doit être appliqué de partout ailleurs où nous siégeons et sommes majoritaires. Le budget du parc c’est 85% de financement CTC. Ce recrutement n’a pas respecté les règles, il n’a pas été présenté en bureau, ni en conseil syndical, pour nous ce n’est pas possible de subir, _il faut qu’on en discute, qu’on le valide ensemble, c’étaient les accords passés en 2015_, on comprend mal qu’ils ne soient pas respectés. »

Hyacinthe Vanni, membre du conseil syndical du PNRC
Hyacinthe Vanni, membre du conseil syndical du PNRC - corse.fr

Le président du parc, par ailleurs maire de Moltifau, réfute ces accusations.  Jacques Costa : _«  Il faut savoir que ma décision est prise et j’ai besoin de cette personne_. Ah non je ne reviendrai pas en arrière, cela a été validé ! C’est un poste qui a été ouvert à candidature pendant deux mois sur toute la Corse, il y a une candidature c’est celle de M.Filippi, qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? Le besoin est là tout simplement, maintenant si c’est la personnalité de M.Filippi qui dérange, c’est autre chose…J’ai besoin de quelqu’un de compétent, il y a débat, il y a des questions, mais c’est le président qui recrute, c’est le code des collectivités qui le dit ! »

Jacques Costa, président du PNRC
Jacques Costa, président du PNRC © Radio France - francebleu.fr

« Un faux procès ! »

Jacques Costa : « C’est un poste qui existait déjà, qui est vacant, c’est pourquoi je n’ai pas eu besoin de le remettre au vote de l’AG. C’est un emploi fonctionnel nommé par le président, on retient _la compétence_, celle de José Filippi personne ne peut la remettre en cause, et la confiance du président il l’a ! J’ai le directeur général des finances qui part à la retraite, je recrute quelqu’un tout simplement, je n’ai pas à le mettre à l’AG, ni au bureau. Son recrutement a été validé par le comité technique le 5 décembre à Corte, je suis en possession du PV, à l’unanimité des membres présents, élus et délégués du personnel, ils me font un faux procès ! »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess