Politique

VIDEO - Nouvelle région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine : Philippe Richert élu président

Par Blandine Costentin et Luc Dreosto, France Bleu Alsace, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Elsass, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine lundi 4 janvier 2016 à 8:55 Mis à jour le lundi 4 janvier 2016 à 17:52

Philippe Richert prononce son premier discours de président de la grande région.
Philippe Richert prononce son premier discours de président de la grande région. © Radio France - Blandine Costentin

Les 169 nouveaux conseillers régionaux se réunissent pour la première fois ce lundi à Strasbourg, moins d'un mois après les premières élections en Alsace Champagne-Ardenne Lorraine. Ils ont élu leur président, le Républicain Philippe Richert.

Il n'y a pas eu de surprise, Philippe Richert a été élu ce lundi président de la nouvelle région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine. Son groupe des Républicains et du centre bénéficie de la majorité, 104 élus sur 169. Philippe Richert a obtenu 102 voix (une élue était absente, Philippe Richert n'a pas voté pour lui). L'autre candidat, Florian Philippot, chef de file du FN, a obtenu 46 voix, soit le total des voix de son groupe. Il y a eu 20 bulletins blancs ou nuls (dont les 19 voix de gauche).

Les élus ont désigné aussi les membres de la commission permanente, c'est à dire l'exécutif de la région et les vice-présidents, ils sont 15 au lieu de 40 comme la loi le rend possible. Il y a cinq élus Champardensais, six élus lorrains et quatre élus alsaciens. Le premier vice-président est le Mosellan Patrick Weiten. 

Lire aussi : INFOGRAPHIE - Qui sont les élus de la nouvelle région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine ?

Ma présidence sera celle du rassemblement"

L'intérêt politique de cette journée résidait dans le premier discours de Philippe Richert. Comme on pouvait s'y attendre, il a placé ses propos sous le signe du rassemblement, conséquence des débats de l'entre-deux-tours et de l'appel d'une partie des socialistes à voter pour lui, contre le FN. Philippe Richert appelle "les minorités à formuler des propositions pour faire avancer des dossiers" et propose à la gauche de "s'associer à la gouvernance régionale". Il organisera "une conférence associant les minorités non représentées au conseil régional", à l'occasion des grands débats.

Un laboratoire de la démocratie territoriale"

Autre mot d'ordre pour Philippe Richert : l'innovation politique. Il veut faire de cette grande région de plus de 5,5 millions d'habitants, "un laboratoire de la démocratie territoriale", "imaginer ensemble une nouvelle collectivité unique". Le nouveau président affirme qu'il souhaite consulter les citoyens, ce qui commencera par le choix du nom de la région. Sur le contenu des politiques, Philippe Richert entend également innover, en expérimentant un transfert de compétence Etat-région, dans le domaine de l'emploi et de la formation professionnelle. Il doit faire des propositions au Premier ministre Manuel Valls cette semaine. 

Comme France Bleu le révélait jeudi 24 décembre, Philippe Richert annonce aussi la limitation des indemnités des conseillers régionaux : ce serait 20% de moins que le plafond légal. Comme le président de la région l'explique dans cette vidéo, il faut faire preuve d'exemplarité. L'économie serait de l'ordre d'un millions d'euros.

Lire aussi : EXCLU - Les nouveaux élus du Grand Est devraient baisser leurs indemnités

Du côté de l'opposition, la journée a été houleuse, les stigmates de l'entre-deux-tours n'étant pas effacés. En fin d'après-midi, les 19 élus socialistes ne s'étaient pas encore mis d'accord sur la création d'un seul groupe divers gauche ou de deux groupes, l'un avec les proches de Masseret, l'autre avec les partisans du retrait avant le second tour. Quant au groupe FN, les 46 élus sont rangés comme un seul homme derrière leur chef de file, Florian Philippot, qui annonce une opposition ferme mais constructive. "Nous sommes la principale force d'opposition", rappelle le vice-président du Front national.

Prochaine session plénière des 169 conseillers régionaux, le 25 janvier, toujours à Strasbourg.

Une nouvelle ère politique

Pour le politologue Richard Kleinschmager, invité de France Bleu Alsace ce lundi matin, c'est une nouvelle ère politique qui s'ouvre: _"O_n a davantage l'habitude de pratiquer le consensus politique en Alsace et il faudra apprendre à travailler avec les voisins lorrains et champardennais où les relations sont souvent plus conflictuelles".

Le conseiller régional républicain Jean Rottner, invité ce lundi de France Bleu Alsace, a voulu rassurer ceux qui en doutaient: _"L'Alsace gardera bien son identité dans cette grande région". _Le maire de Mulhouse a aussi confirmé que Strasbourg aurait l'Hotel de Région et que Metz accueillerait les assemblées plénières du conseil régional.

Partager sur :