Politique

Laurent Wauquiez est élu président de la région Auvergne-Rhône-Alpes avec une large majorité

Par Virginie Salanson, Céline Loizeau, Germain Treille et Nathalie Grynszpan, France Bleu Drôme-Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 4 janvier 2016 à 11:24 Mis à jour le lundi 4 janvier 2016 à 18:14

Laurent Wauquiez a rassemblé 133 voix sur 204.
Laurent Wauquiez a rassemblé 133 voix sur 204. © Maxppp

Sans surprise, Laurent Wauquiez (LR) a été largement élu président de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes ce lundi après-midi à Lyon. Le nouveau président a rassemblé 113 voix sur les 204 des conseillers régionaux élus en décembre dernier.

Sans surprise, Laurent Wauquiez a pris la tête de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes ce lundi après-midi. Le nouveau Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes s'est réuni pour la première fois, à 14h00, à Lyon Confluence. Cette première réunion a permis d'entériner officiellement la création de la nouvelle région et surtout d'élire son premier président.

113 voix sur 204

Laurent Wauquiez l'a largement emporté avec 113 voix sur les 204 que compte ce nouveau Conseil régional. Un score sans surprise puisque fin décembre, lors des élections régionales, les listes de la droite et du centre l'avaient emporté avec... 113 sièges justement. Face à Laurent Wauquiez, quatre autres candidats ont proposé leur candidatures à la présidence de la nouvelle grande région : Jean-François Debat (PS) qui a finalement recueilli 42 voix, Christohpe Boudot (FN) rassemble 34 voix, Jean-Charles Kohlhaas (EELV), 8 voix, et Cécile Cukierman (PC) 7 voix.

Les premiers mots de Laurent Wauquiez ont été pour le "territoire" dont il vient, né à Lyon, élu en Haute-Loire.

"Je sais ce que je dois à ce territoire" Laurent Wauquiez

Dans son discours, Laurent Wauquiez s'est voulu très offensif et novateur en utilisant ces mots à plusieurs reprises : "nouveau", "nouvelle", "neuf", "changement" ou encore "innovation". Il souhaite également faire la chasse aux dépenses excessives et a annoncé 19 millions d'économies liées aux dépenses des élus, avec, notamment, une baisse de 10 % de leurs indemnités. C'est une mesure symbolique, mais "très importante" dit Laurent Wauquiez en ajoutant avec un sourire plaisantant "je ne sais pas si c'est mon tempérament auvergnat mais c'est plus que du symbole". 

Les 100 jours de Wauquiez

Le député de Haute-Loire a aussi décliné ses priorités : aucune charge pour les entreprises à la première embauche, rétablissement des bourses au mérite, priorité aux entreprises régionales pour les marchés publics, sécurité dans les lycées et les TER. "Je veux que notre région soit le symbole d'une république qui repart de l'avant" conclut-il.

Face à lui dans la salle, Jean-Jack Queyranne ne bronche pas. Le candidat socialiste malheureux à la présidence de la région s'efface d'ailleurs pour céder la place à une nouvelle figure de la gauche, Jean-François Debat, conseiller de l'Ain. Le leader de l'opposition socialiste se veut à la tête d'"une opposition constructive, mais vigilante"

Lire aussi : Laurent Wauquiez prend officiellement la tête d'Auvergne-Rhône-Alpes ce lundi  

Lire aussi : Les sept nouvelles grandes régions élisent leurs premiers présidents 

▼ Revivez cette élection minute par minute ci-dessous ▼