Politique

Nouvelles provocations du maire de Béziers autour des migrants

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault et France Bleu mardi 11 octobre 2016 à 19:39 Mis à jour le mardi 11 octobre 2016 à 20:09

Des affiches pour dénoncer l'ouverture d'un centre d'accueil de migrants
Des affiches pour dénoncer l'ouverture d'un centre d'accueil de migrants © Radio France - Gérard Marty

Le maire de Béziers Robert Ménard veut organiser un référendum sur l'accueil des migrants dans sa commune. Il vient aussi d'éditer des affiches municipales "Ça y est, ils arrivent !"

Une nouvelle affiche municipale de Robert Ménard est apparue ce mardi sur les panneaux publicitaires de la ville de Béziers, une affiche polémique, contre les migrants. "Les migrants, ils arrivent !" peut-on lire en titre, sur fond d'images de réfugiés. "L'État nous l'impose".

Le prétexte, c'est l'extension programmée de l'actuel centre d'accueil de demandeurs d'asile géré par la Cimade à Béziers. "Rien à voir avec l'arrivée éventuelle des migrants de la jungle de Calais", précisent les services de l'Etat, montrés du doigt, qui étudient une éventuelle réponse juridique.

Le maire de Béziers veut organiser un référundum

Mais le maire de Béziers va plus loin, en annonçant un référendum qui poserait la question aux biterrois. Une consultation municipale. Pour cela, Robert Ménard doit d'abord obtenir l'accord de son conseil. Ce sera à l'ordre du jour mardi prochain, le 18 octobre. Et il l'obtiendra sans problème.

La question posée sera : "Approuvez-vous l'installation de nouveaux migrants, imposée par l'État, sans consultation du conseil municipal ?". Une consultation pour avis de la population, qui se tiendrait un dimanche, le 7 janvier.

Sur le fond, le maire estime que même s'il ne s'agit pas des évacués de Calais qui occuperont en centre ville les nouvelles chambres, (quarante), du centre d'accueil des réfugiés, il s'agit quand même de migrants. Et il demande le soutien de la population contre les services de l'État.

Une consultation illégale

Sur la forme, cette consultation a toutes les chances d'être illégale et de n'avoir jamais lieu. Une consultation municipale ne peut porter que sur une compétence municipale, ce qui n'est pas le cas ici.

Reste au final une affiche, une polémique, quelques procès sans doute et du bruit médiatique, comme d'habitude. L'an dernier, le maire de Béziers avait déjà joué les provocateurs en faisant la une de son journal municipal avec un photo montage et ce slogan : "Ils arrivent".

Partager sur :