Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Election au PS : "La ligne politique n'est pas clarifiée" selon le politologue Olivier Ihl

vendredi 16 mars 2018 à 9:11 Par Justine Guitton-Boussion et Nicolas Crozel, France Bleu Isère

Les militants du Parti socialiste votaient jeudi pour élire leur premier secrétaire. Olivier Faure et Stéphane Le Foll sont arrivés en tête du 1er tour. Selon le politologue et enseignant à Sciences Po Grenoble Olivier Ihl, la clarification n'est pas (encore ?) en marche.

Olivier IHL invité de France Bleu Isère matin
Olivier IHL invité de France Bleu Isère matin © Radio France - Mathilde Carnet

Environ 35 000 adhérents du Parti socialiste ont voté rue Solférino hier soir. Une participation bien faible, analyse le politologue et enseignant à l’IEP de Grenoble Olivier Ihl : "C’est deux fois moins que pour le précédent congrès à Poitiers [en juin 2015], et bien en-deçà des 102 000 inscrits." Il rappelle également que le parti compte entre 40 000 et 50 000 responsables locaux. Les participants au scrutin seraient donc "pratiquement"  dû plus aux élus qu"aux militants issus de la société civile. "C’est un chiffre qui n’est pas brillant", résume Olivier Ihl.

35 000 participants, c'est un chiffre qui n'est pas brillant - Olivier Ihl, politologue

Olivier Faure serait arrivé en tête de ce premier tour, récoltant plus de 40% des suffrages selon le coordinateur du parti Rachid Temal. Olivier Ihl explique ce score élevé : "C’est d’abord l’absence de retour sur le bilan de François Hollande. C’est ensuite la volonté de faire synthèse, de rassembler, de ne pas diviser, mais aussi de ne pas clarifier la ligne politique du parti." Selon le politologue, l’arrivée d’un homme de moins de 50 ans signifie un début de renouvellement générationnel mais pour ce qui est des idées et de la ligne, Olivier IHL estime qu'on est plus dans la continuité de l'action de Jean-Christophe Cambadélis.

Vers un duel Olivier Faure/Stéphane Le Foll ?

Olivier Faure devrait affronter au second tour l'ancien porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. À moins que ce dernier ne se désiste dans la journée de ce vendredi : les deux hommes ont une ligne politique très similaire. "Pour découvrir une différence idéologique entre les deux hommes, il faudrait vraiment être particulièrement habile, explique Olivier Ihl. Il n’y en a guère." Olivier Faure et Stéphane Le Foll sont tous les deux des proches de François Hollande. Leur différence ne serait qu'une "question de génération" selon le politologue.

La mine réjouie de François Hollande en dit beaucoup sur sa volonté de revenir - Olivier Ihl, politologue

François Hollande s'est d'ailleurs rendu rue Solférino ce jeudi pour déposer son bulletin de vote. Olivier Ihl affirme que "la mine réjouie" de l'ancien président de la République en dit beaucoup, sur son désir de revenir un jour en politique. La mission du futur premier secrétaire du PS sera donc de clarifier la situation : le parti va-t-il balayer l'héritage de François Hollande ? Ou va-t-il s'inscrire dans une continuité ? 

L'aile gauche du parti affaiblie

Emmanuel Maurel serait donc évincé du second tour. Une surprise pour Olivier Ihl, qui rappelle la "bonne prestation" de l'homme politique, le soir du débat l'opposant à ses trois adversaires. "On mesure combien le parti est affaibli sur son aile gauche, conclut Olivier Ihl. On mesure également combien de militants sont partis vers le mouvement Génération.s de Benoît Hamon. C'est sans doute ce qui explique ce très faible score."

Olivier IHL commente les résulats du premier tour de l'élection au PS