Politique

Olivier Ihl : "Le pari fou d'Emmanuel Macron c'est de faire oublier le clivage droite/gauche"

Par Nicolas Joly, France Bleu Isère lundi 8 mai 2017 à 9:03

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron © AFP - Éric Feferberg

Que retenir de la victoire d'Emmanuel Macron face à Marine Le Pen ? Parviendra-t-il à former une majorité à l'issue des législatives ? Olivier Ihl, politologue à l'IEP de Grenoble était au micro de France Bleu Isère lundi matin pour décrypter les suffrages et répondre à ces questions.

Arrivé en tête de l'élection présidentielle avec 66,06% des voix face à Marine le Pen (33,94%), Emmanuel Macron est désormais le plus jeune président de la Vème République. Pourtant, malgré un score apparemment élevé, son élection n'est pas une victoire totale. Selon Olivier Ihl, politologue à l'IEP de Grenoble et invité de France Bleu Isère, ce résultat est loin d'être le fruit d'un vote d'adhésion mais plutôt d'une volonté de barrer la route à Marine Le Pen.

Il pourrait donc être difficile pour Emmanuel Macron de former une majorité lors des élections législatives qui auront lieu les 11 et 18 juin. Pour Olivier Ihl, "Tous les scénarii sont ouverts. Il peut avoir une majorité forte, instable ou être mis en minorité." Désireux de présenter au moins 50% de candidats issue de la "société civile", le président élu pourrait voir ces nouvelles têtes se heurter à la stabilité des pontes locaux. Une possibilité s'ouvre néanmoins à lui : capitaliser sur la fracture de la gauche, divisée à l'issue de la présidentielle. Quoi qu'il en soit, pour le politologue, "les législatives vont être un moment de vérité".

Le score d'Emmanuel Macron en Isère est relativement disparate entre le Nord et le Sud. Pour Olivier Ihl, les Isérois du Sud ont adopté "la stratégie du vote utile, tactique même, presque en se bouchant le nez", ce qui explique les scores particulièrement élevés du leader d'En mache ! à Grenoble (82.6%), Meylan (82,88%) ou encore Saint-Égrève (77.25%). Mais dans le Nord-Isère, l'écart entre les deux candidats est souvent bien plus serré, voire en faveur de Marine Le Pen, comme à Charvieu-Chavagneux, où la candidate Frontiste récolte 51% des voix. Toutefois, pour Olivier Ihl, "Le succès du Front national dans le Nord-Isère est limité", car il témoigne du fait que "le parti ne parvient pas à nouer des alliances et se heure presque toujours à un plafond de verre."