Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Opération séduction d'Emmanuel Macron au Congrès des maires : "Maintenant, on attend des actes"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

"Rien ne se fera sans vous", a martelé le président de la République devant le Congrès des maires de France ce mardi. 40 élus mosellans sont sur place, dont Marie-Thérèse Gansoinat-Ravaine, la maire de Verny, peu convaincue par le discours d'Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron au congrès des maires
Emmanuel Macron au congrès des maires © Maxppp - Thomas Padilla

Moselle, France

Le 102ème Congrès des maires de France s'est ouvert ce mardi à Paris, pour trois jours, à quatre mois des élections municipales. L'intervention d'Emmanuel Macron, qui avait boudé le rendez-vous l'année dernière, était très attendue, et cette fois-ci il a voulu "chouchouter" les maires. Il a martelé : "J'ai besoin de vous, rien ne se fera sans vous". 

Ce qui n'a pas suffi à séduire Marie-Thérèse Gansoinat-Ravaine, maire de Verny, au sud de Metz, et membre de la délégation mosellane (une quarantaine d'élus sont sur place) : "J'ai trouvé qu'il était beaucoup moins convaincant que d'habitude. Les paroles, d'accord, mais on attend des actes." Elle le concède : "Il a changé depuis quelques mois de discours, il a compris que c'était une erreur d'ignorer les maires", mais elle demande désormais "que les choses soient plus simples pour les élus, qui facilitent la vie des gens. Ce mandat a été particulièrement éprouvant".

Marie-Thérèse Gansoinat-Ravaine, invitée de France Bleu Lorraine

Cela passe notamment par les moyens : "Nous avons investi 16 milliards de moins lors de ce mandat que lors du mandat précédent." En douze ans, Marie-Thérèse Gansoinat-Ravaine a constaté des changements, mais pas dans le bon sens. Par exemple, on se souvient de la mort du maire de Signes, qui avait suscité une vive émotion il y a quelques mois : "On nous demande de faire la police, mais on ne nous en donne pas les moyens. De façon générale, tout est vraiment très compliqué, c'est le mot-clé, même si ça reste enthousiasmant." La maire de Verny ne se représentera pas en mars, mais pas pas par manque de passion ; elle prend sa retraite : "Il faut être raisonnable et passer le flambeau."  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu