Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Ordonnances sur le droit du travail : déception pour presque tous les syndicats, qui restent en ordre dispersé

jeudi 31 août 2017 à 17:33 Par Julien Baldacchino, France Bleu

La révélation ce jeudi du contenu des ordonnances sur le droit du travail par le gouvernement a déçu la quasi-totalité des syndicats. Mais très peu participeront à la journée de mobilisation lancée par la CGT le 12 septembre prochain.

Philippe Martinez, ce jeudi matin à Matignon
Philippe Martinez, ce jeudi matin à Matignon © AFP - Alain Jocard

Les principaux syndicats ont été reçus ce jeudi matin à Matignon, juste avant l'annonce publique du contenu des cinq ordonnances réformant le droit du travail. A la sortie de cette rencontre, au cours de laquelle les derniers arbitrages leur ont été présentés, la plupart des syndicats ont fait part de leur déception face à ces mesures annoncées.

A LIRE AUSSI : Réforme du Code du travail : que contiennent les ordonnances du gouvernement ?

ET AUSSI : Les ordonnances, et après ?

Déception et désaccords

"Cette réforme n'est pas à la hauteur", a déclaré Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, premier syndicat du privé depuis quelques mois. Il note une "concertation loyale et sincère" avec le gouvernement mais se dit déçu "face à l'opportunité qui était de faire du dialogue social un élément central de la gouvernance des entreprises".

"Il y a également des mesures qui nous inquiètent, comme la possibilité dans les entreprises de moins de 20 salariés d'avoir des décisions quasi unilatérales de l'employeur" (Laurent Berger)

Du côté de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly estime que "nous avons fait notre travail syndical" et se garde pour l'heure de tout jugement définitif sur le texte : "Il y a des points où ça a avancé, des points où on a éliminé des choses et des points de désaccord qui persistent", explique-t-il, expliquant que le syndicat va "examiner l'ensemble de ces textes" avant de se prononcer pour de bon.

"Toutes les craines que nous avions sont confirmées", a déclaré le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, qui déplore "la fin du contrat de travail". "Ce qu'on nous présentait comme une révolution, c'est la continuité de ce qui a été fait précédemment (...), la mauvaise surprise ce sont les ruptures conventionnelles collectives", regrette-t-il également.

Ni FO ni la CFDT dans la rue le 12 septembre

Le leader syndical appelle donc les travailleurs, les retraités et les jeunes à participer à la journée de mobilisation lancée par la CGT, qui aura lieu partout en France le 12 septembre prochain. Mais pour l'heure, le parti sera seul à défiler ce jour-là. Pour la CFDT, Laurent Berger a estimé "évident que la CFDT ne sera pas la rue le 12 septembre", expliquant que "le combat syndical ne se résume pas à la rue, il est tous les jours dans les entreprises".

Dès mercredi, FO avait fait savoir qu'il ne participerait pas à la mobilisation. Ce jeudi, Jean-Claude Mailly est allé encore plus loin en qualifiant les militants FO qui veulent manifester aux côtés de la CGT de "grognons râleurs" : "C'est toujours arrivé dans l'histoire de FO, il y a des grognards fidèles et des grognons râleurs; bon ben, il y en a qui font partie toujours des grognons râleurs, c'est leur droit d'exister", a-t-il expliqué.