Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les fêtes de Jeanne d'Arc à Orléans

A Orléans, Emmanuel Macron fait l'éloge de Jeanne d'Arc qui "fend le système"

Orléans, France

Les Fêtes Johanniques ont rarement connu un tel rayonnement médiatique. Emmanuel Macron, a fait venir à Orléans de nombreuses caméras ce dimanche 8 mai 2016. Plus d'une centaine de journalistes étaient présents. C'était aussi un test de popularité pour celui qui vient de lancer un parti politique.

Emmanuel Macron prononce son discours sur Jeanne d'Arc
Emmanuel Macron prononce son discours sur Jeanne d'Arc © Maxppp - Vincent Isore

Le ministre de l'Economie, qui a agité la gauche ces dernières semaines en créant son propre mouvement politique, "En Marche" et en prenant ses libertés avec le président Hollande à l'approche de la présidentielle de 2017, était l'invité d'honneur des fêtes johanniques à Orléans, ce dimanche 8 mai.

Le député-maire Les Républicains, Olivier Carré a fait un choix qui a détonné puisqu'il a invité un homme politique qui n'est pas de son bord. Un choix que 5 députés et sénateurs (LR) du Loiret ont critiqué en n'assistant qu'au défilé militaire.

Le préfet du Loiret, E. Macron et O. Carré dans la rue Jeanne d'Arc
Le préfet du Loiret, E. Macron et O. Carré dans la rue Jeanne d'Arc © Maxppp - Olivier Corsan

Jeanne "a su rassembler la France pour la défendre, dans un mouvement que rien n'imposait. Tant d'autres s'étaient habitués à cette guerre qu'ils avaient toujours connue. Elle a rassemblé des soldats de toutes origines. Et alors même que la France n'y croyait pas, se divisait contre elle-même, elle a eu l'intuition de son unité, de son rassemblement", a salué celui dont le mouvement, situé "ni à droite ni à gauche", vise à rapprocher les deux bords.

Pas d'homme ou de femme providentiel(le) pour E. Macron

Dans une ville pavoisée de drapeaux médiévaux pour les 587èmes fêtes johanniques, le ministre a semblé se placer sous le patronage de la sainte catholique, même s'il a dit "ne pas croire" à "l'homme ou à la femme providentiel(le)" :

Elle était un rêve fou, elle s'impose comme une évidence

Cette petite phrase a été très commenté, certains voyant une forme d'autoportrait de l'ancien conseiller économique de François Hollande à l'Elysée et qui ne cache plus ses ambitions.

E. Macron fait une lecture très républicaine de Jeanne

Ces derniers jours, le cabinet d'Emmanuel Macron avait fait savoir que le Ministre travaillait beaucoup sur ce discours, qu'il en ferait un combat contre l'extrême-droite, accusée d'avoir kidnappée Jeanne d'Arc à la République :

Ils l'ont trahie, en ne la méritant pas. Ils l'ont trahie en la confisquant au profit de la division nationale. Manipulation des uns mais aussi faiblesse des autres

Ecoutez le discours d'Emmanuel Macron

4 heures de bain de foule

Puis, Emmanuel Macron, assis dans un fauteuil qui ne jurerait pas dans un salon de l'Elysée, a assisté au défilé militaire, le deuxième plus important en France, après celui du 14 juillet, sur les Champs Elysées (550 soldats, 5 avions,...)

Avec plus d'une heure de retard sur l'horaire prévu par le protocole, le Ministre de l'Economie s'est ensuite joint au défilé coloré et folklorique parcourant les rues de la ville, où il a peiné à se frayer un chemin dans la foule -journalistes compris- qui l'entourait.

Le Ministre a enchaîné les selfies, les autographes, les spectateurs scandant : "Emmanuel, Emmanuel". Le maire Olivier Carré a lui-même joué les photographes pour le public qui voulait garder un souvenir de ce moment.

E. Macron a pris le temps d'aller saluer les Orléanais
E. Macron a pris le temps d'aller saluer les Orléanais © Radio France - Luc Barre

E. Macron veut le même âge de départ en retraite pour tout le monde

Dès le début de sa ballade dans les rues d'Orléans, Emmanuel Macron a été interpellé par un retraité, visiblement très agacé par le gel des pensions de retraites, décidé depuis le début du quinquennat de François Hollande :

Pourquoi certains partent à la retraite à 50 ans et d'autres à 65 ans ?

Le Ministre lui a répondu, très poliment, et lui a même fait cette petite confidence qui montre un désaccord de plus avec le Président de la République sur les retraites :

Je ne suis pas en désaccord avec vous

Quand E. Macron fait une confidence à un spectateur sur les retraites

Emmanuel Macron devait quitter le cortège commémoratif après avoir traversé le Pont Royal, aux Tourelles, une voiture l'attendait. Mais il a souhaité poursuivre la ballade, bouclant entièrement le tour de ville, soit 4 heures de marche. Dans le quartier Saint Marceau, il a écrit sur le livre d'or :

Merci pour cet accueil chaleureux à Saint Marceau. En souvenir de Jeanne d'Arc et pour un beau moment d'unité et de fête

E. Macron signe le livre d'or dans le quartier Saint Marceau avec O. Carré
E. Macron signe le livre d'or dans le quartier Saint Marceau avec O. Carré - Luc Barre

Avant les discours et le bain de foule, Emmanuel Macron avait déjeuné à l'Hôtel Mercure d'Orléans, sur les bords de Loire. Il s'est ensuite rendu à l'Hôtel Groslot pour rencontre les élus municipaux. C'est là que Dominique Tripet (PCF) lui a offert symboliquement une chemise, allusion à la chemise déchirée du DRH d'Air France en octobre dernier :

Je voulais vous dire que, chaque jour, la politique de ce gouvernement déchire la vie de milliers de salariés - D. Tripet, conseillère municipale PCF

Les communistes font entendre leur opposition à E. Macron

Le maire d'Orléans (LR) Olivier Carré a écourté cet échange, vu le retard que l'on commençait à prendre sur le programme initial. Olivier Carré qui a rappelé, dans son discours, la singularité de ces fêtes johanniques :  

Vous êtes dans une manifestation unique en France où les pouvoirs religieux, civils et militaires ne font plus qu'un par la force du peuple et la volonté de le servir

Olivier Carré et Emmanuel Macron à la tribune officielle
Olivier Carré et Emmanuel Macron à la tribune officielle © Maxppp - Vincent Isore

Puis le maire d'Orléans a osé un parallèle entre la France de 1429 et celle de 2016, voyant sans doute en Emmanuel Macron la nouvelle génération qui aura l'audace de transformer le pays pour continuer à le faire avancer :  

Jeanne a osé croire à nouveau possible les entreprises inattendues, au moment où de renoncements en renoncements tout semblait figé. La France d'aujourd'hui a besoin de cette audace ! L'audace qui consiste à faire confiance à une nouvelle génération qui porte sur le monde un regard neuf et conquérant

O. Carré a rendu hommage à "l'audace de Jeanne d'Arc"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess