Politique

A Orléans, le Front national mise sur un retour gagnant

Par Géraldine Marcon, France Bleu Orléans mercredi 26 février 2014 à 16:24

La mairie d'Orléans.
La mairie d'Orléans. © Radio France-Géraldine Marcon

Dans la préfecture du Loiret, six candidats se présentent devant les électeurs : le maire sortant Serge Grouard qui vise un troisième mandat (ce serait une première pour la ville), son opposante socialiste Corinne Leveuleux-Teixeira, un candidat centriste, deux listes d'extrême-gauche et le Front national qui était absent dans ce scrutin local depuis 1995.

Absent depuis 1995 des scrutins municipaux à Orléans, le Front national fait son grand retour cette année avec la candidature du conseiller régional Philippe Lecoq . En 95, le FN avait obtenu un peu plus de 8% des voix, mais le score du parti de Marine Le Pen au scrutin présidentiel de 2012, 12% à Orléans, lui ouvre de nouvelles perspectives. Dans tout le département d’ailleurs, le Front national peut espérer jouer les trouble-fêtes, il avait réuni 21% des voix dans le Loiret au premier tour de la présidentielle.

Une première avec un troisième mandat pour Serge Grouard ?

La candidature de Philippe Lecoq pourrait en tout cas gêner le maire UMP sortant, Serge Grouard . Candidat à un troisième mandat , sa victoire serait une première à Orléans où aucun homme n’a été élu trois fois de suite dans le fauteuil de premier magistrat de la commune. Aux côtés de Serge Grouard, une équipe qui réunit à la fois des militants UMP, UDI et quelques MoDem (d’autres ayant rejoint la liste de Tahar Ben Chaabane ou celle du PS). Le maire sortant avait été réélu en 2008 avec 51,37% des voix au second tour, il bénéficie d’un bilan plutôt positif avec la deuxième ligne de tramway, une délinquance en baisse et un centre-ville revitalisé mais aussi des projets avortés comme celui de l’arena ou d’un nouveau pont sur la Loire. Egalement député du Loiret , Serge Grouard refuse jusqu’ici de se prononcer sur son choix entre la mairie et l’Assemblée nationale en cas de victoire en 2017, une attitude qui pourrait le desservir selon certains.

On trouve également un candidat indépendant, le centriste Tahar Ben Chaabane . Elu conseiller municipal en 2008 sur la liste du maire sortant, il a depuis pris ses distances et mène sa campagne pour les municipales en tant qu’indépendant même s’il revendique une proximité de pensée avec le MoDem.

Trois listes à gauche avec le PS et l’extrême-gauche

Face à la droite et au FN, le Parti socialiste a choisi une femme qui connaît bien la ville et ses enjeux, Corinne Leveleux-Teixeira . Conseillère municipale d’opposition et professeur d’université, elle pourrait se retrouver au sein d’une triangulaire avantageuse si le Front national peut se maintenir au second tour. Elle a en tout cas réussi à rassembler sur sa liste tous les partenaires de la gauche de gouvernement, Europe écologie les Verts, le Parti radical de gauche et même trois centristes.

A l’extrême gauche, les orléanais auront le choix avec deux listes. Au Front de gauche , les militants ont choisi de mettre en tête de liste le conseiller municipal d’opposition également conseiller général Michel Ricoud . Déjà candidat lors de toutes les élections municipales de 1989 à  2001 à Orléans, il bénéficie d’une bonne notoriété. Enfin, comme en 2008, la porte-parole régionale de Lutte ouvrière , Farida Megdoud se lance dans la bataille municipale avec une liste qui réunit militants syndicaux et associatifs. Habituée des scrutins locaux, elle avait obtenu 1,78% des suffrages en 2008.

Les candidats (et leur parti)

Philippe Lecoq(FN) Serge Grouard (UMP, UDI, MoDem) Corinne Leveuleux-Teixeira (PS, EELV, PRG) Michel Ricoud (FDG) Farida Megdoud (LO) Tahar Ben Chaabane (sans étiquette)