Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Orléans : le maire Olivier Carré confronté à une scission de sa majorité

-
Par , France Bleu Orléans

Ce lundi, les divisions latentes, internes à la majorité municipale devraient éclater au grand jour. En effet, une quinzaine d'élus, très critiques envers le maire Olivier Carré, vont créer leur propre groupe, à l'occasion du conseil municipal de rentrée. L'ancien maire Serge Grouard en fait partie.

Olivier Carré, maire d'Orléans
Olivier Carré, maire d'Orléans © Radio France -

Orléans, France

Combien seront-ils ? Quinze ? Un peu plus ? Un peu moins ? Selon nos informations, une partie des élus de la majorité municipale d'Orléans va officialiser, ce lundi, la création d'un nouveau groupe, à l'occasion de la réunion mensuelle du conseil municipal (à partir de 14 heures), comme l'avait révélé La République du Centre ce mardi

Serge Grouard fera partie de ce groupe, baptisé "Les orléanais"

Le nom de ce groupe : "les orléanais". Parmi ces élus très critiques envers le maire Olivier Carré, on retrouve des figures de la vie politique orléanaise. Et pas des moindres : selon les informations de France Bleu Orléans, Serge Grouard, l'ancien maire d'Orléans qui a démissionné de son poste d'adjoint en juin, après les révélations du Canard enchaîné sur les dépenses d'Olivier Carré, en fait partie.

Serge Grouard, maire d'Orléans de 2001 à 2015, aujourd'hui conseiller municipal - Radio France
Serge Grouard, maire d'Orléans de 2001 à 2015, aujourd'hui conseiller municipal © Radio France - Antoine Denéchère

Selon nos informations, Charles-Eric Lemaignan, ancien président de l'Agglo, en fait partie également, tout comme Florent Montillot, adjoint à l'éducation. Michel Martin, adjoint en charge des finances, poste stratégique, réfléchirait à intégrer ce groupe. 

Nathalie Kerrien (LREM) qui a démissionné de ses fonctions d'adjointe en juin dernier pour marquer son désaccord avec la gouvernance jugée trop solitaire d'Olivier Carré, en fera aussi partie, selon nos informations.

Nathalie Kerrien, qui a démissionné de son poste d'adjointe à la Culture, en juin 2019 - Radio France
Nathalie Kerrien, qui a démissionné de son poste d'adjointe à la Culture, en juin 2019 © Radio France - Christophe Dupuy

Aucune de ces élus n'a souhaité s'exprimer publiquement avant lundi, mais plusieurs confient en off : "d'autres collègues subissent des pressions de la part du maire et n'osent pas nous rejoindre, en tout cas pas encore". Tous ont en commun une défiance envers le maire Olivier Carré (à qui Serge Grouard avait transmis le témoin en 2015), "pour des raisons qui peuvent être différentes". 

L'un d'eux explique : "on n'entre pas pour autant dans l'opposition, en fait, c'est Olivier Carré qui a en quelque sorte quitté la majorité qu'avait constituée Serge Grouard" lors des élections de 2014.

Selon nos informations, Olivier Carré a été officiellement informé de cette scission vendredi dernier au cours d'une réunion avec une partie des élus de "la majorité" : le maire conservera-t-il une courte majorité au sein de son conseil municipal (pour cela, "il faut" vingt-huit élus) ? A priori oui. Rappelons qu'actuellement, la majorité municipale compte 44 élus (ça va de LREM à LR, en passant par UDI, Modem...etc)

En tout cas, voilà le maire d'Orléans (ex LR, proche d'Edouard Philippe) fragilisé, cinq jours après avoir reçu le soutien officiel de la République en Marche pour les prochaines municipales. La prochaine étape, après la création d'un groupe "dissident" est-elle la constitution d'une liste face à Olivier Carré, lors des élections en mars 2020 ? La question se pose clairement.

Un précédent en 2012

Une telle scission est inédite dans l'histoire politique récente de la Ville d'Orléans. En tout cas, à ce niveau. On se souvient qu'en 2012, deux élus (Tahar Ben Chaabane et Guy Torreilles) avaient quitté la majorité alors dirigée par Serge Grouard, pour créer leur propre groupe, baptisé "CHE" (Centriste Humaniste Ecologique)

Choix de la station

France Bleu