Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Orléans Métropole : " Maintenant, il faut avancer et travailler " pour le Président Christophe Chaillou

-
Par , France Bleu Orléans

Une semaine après son élection à la tête de la Métropole orléanaise, le socialiste Christophe Chaillou a fait le point sur l'actualité : le revirement du maire de Bou qui veut rester vice-président et les désaccords avec le groupe divers droite emmené par Matthieu Schlesinger.

Christophe Chaillou en conférence de presse
Christophe Chaillou en conférence de presse © Radio France - Patricia Pourrez

Pour sa première interview face à la presse depuis son élection, Christophe Chaillou, le nouveau président socialiste d'Orléans Métropole, a choisi un joli cadre, le patio de la Médiathèque de Saint Jean de la Ruelle. "J'ai voulu symboliquement qu'on soit ici aujourd'hui" explique le maire de Saint Jean de la Ruelle. "Avec toute cette agitation depuis une semaine autour de la Métropole, on n'a pas assez souligné que pour la première fois ce n'est pas un élu d'Orléans qui dirige cette assemblée et ce n'est pas rien." 

Au troisième tour de scrutin, j'aurai gagné quand même !!

Pour Christophe Chailllou, les turbulences ont commencé dès la semaine dernière en s'alliant avec la droite orléanaise de Serge Grouard pour décrocher la présidence de la Métropole. Là dessus, l'élu n'a aucun remords et il s'en explique. "Il n'y avait pas de consensus entre les maires des 22 communes et nous élus de gauche, nous ne voulions pas être simplement témoins d'un duel. Donc, ma candidature était logique et vu les divisions, j'aurai gagné au troisième tour de scrutin quand même". Une façon de clore les discussions sur les alliances passées avec Serge Grouard. "L'intérêt de tous et surtout des habitants, c'est que l'intercommunalité fonctionne. Après, il y aura toujours des affinités et des tendances politiques, mais on doit dépasser ça.

L'affaire Bruno Cœur : " Je peux comprendre que ça choque mais..."

Au cours de cette conférence de presse, Christophe Chaillou est également revenu sur l'élection puis la démission forcée de Bruno Coeur, le maire de Bou, à la 15ème vice-présidence. "Je peux comprendre que tout ça puisse choquer mais nous avions (les 22 maires) un accord de répartition sur les vice-présidences. Et cette répartition, elle se fait selon le poids démographique des communes. On a toujours fonctionné comme ça. On peut le contester mais ça reste une clé objective et cette vice-présidence devait revenir à l'orléanais Florent Montillot." 

Pas de problème juridique selon Christophe Chaillou

Du coup, pour respecter l'engagement pris notamment vis à vis d'Orléans, il a fallu convaincre le maire de Bou de laisser sa place : "J'ai entendu ici et là que cet aparté avec Bruno Coeur et les maires avait été très violent. il faut raison garder. D'ailleurs, tous les maires étaient sur la même longueur d'onde. A partir du moment où l'on s'engage à respecter un accord, on le fait pleinement". Pour Christophe Chaillou, le fait d'avoir remis le poste au vote dans la foulée ne pose pas de problème juridique. Rappelons que deux recours ont été déposés devant le tribunal administratif d'Orléans pour contester cette élection et que Bruno Cœur soit confirmé à la 15ème vice-présidence.

Un président socialiste entre 2 droites 

Pour Christophe Chaillou, il faut maintenant "avancer et se mettre au travail". Cela a commencé dès jeudi avec la répartition des délégations des vice-présidences. "Je regrette que le maire d'Olivet ait refusé la deuxième vice-présidence. Maintenant, ma responsabilité, c'est que l'on avance tous ensemble et qu'on se mette au travail sur les dossiers chauds qui nous attendent, à commencer par les effets de la crise économique". Mais le maire de Saint Jean de la Ruelle a bien conscience que les divisions au sein de la droite vont "complexifier" sa tâche. Un groupe de neuf maires divers droite vient d'ailleurs de se constituer autour de Matthieu Schlesinger, le maire d'Olivet. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Quid des conflits d'intérêts sur les vice-présidences ? 

Dès jeudi, ce groupe d'opposition divers droite a demandé à Christophe Chaillou de saisir la Haute Autorité sur la transparence de la vie publique pour vérifier qu'il y a pas de conflits d'intérêts entre certains vice-présidents et les domaines où ils agiront.Sont visés en particulier trois élus orléanais : Romain Roy, chargé du Plan Climat Energie à la Métropole, Pascal Tebibel, vice-président métropolitain chargé de l'attractivité économique et Charles-Eric Lemaignen qui va s'occuper de la mobilité et des transports. "Je ne veux pas de chasse à l'homme" s'énerve Christophe Chaillou. "Moi, je trouve que c'est une chance d'avoir des chefs d'entreprise et des cadres dans une métropole. Maintenant, pour clarifier les choses, je vais demander aux services juridiques de tout vérifier". Charles-Eric Lemaignen a lui-même fait la démarche auprès de la Haute Autorité pour s'assurer que ses missions passées de consultant auprès de Kéolis ne poseraient pas souci. Il attend encore la réponse. 

Un double défi pour la Métropole 

Pour le nouveau président de la Métropole, il faut maintenant avancer "même si des questions restent en suspens" comme les recours sur l'élection de Bruno Cœur. Selon lui, la Métropole est confrontée à un double défi "la crise économique et la transition écologique", il n'y a donc pas de temps à perdre sur les polémiques politiques. Le premier conseil métropolitain est prévu le 17 septembre. Mais "on va prendre le temps de se connaitre les uns avec les autres, d'échanger pour travailler sereinement tous ensemble". 

Liste des Vice-présidents de la Métropole d'Orléans et leur délégation

  • Serge GROUARD, 1er Vice-Président / Président délégué : Transition écologique 
  • Alain TOUCHARD, 2ème Vice-Président : Voirie, espaces publics, infrastructures, coordination de la propreté, et pôles territoriaux  
  • Carole CANETTE, 3ème Vice-Présidente : Habitat, logement, rénovation urbaine, cohésion sociale, politique de la ville et prévention spécialisée 
  • Vanessa SLIMANI, 4ème Vice-Présidente : Emploi, insertion professionnelle, centre de formation des apprentis, économie sociale et solidaire et économie circulaire 
  • Michel MARTIN, 5ème Vice-Président : Finances, affaires juridiques, politique d'achats et moyens généraux  
  • Christian FROMENTIN, 6ème Vice-Président : Assainissement et eaux pluviales  
  • Nicolas BONNEAU, 7ème Vice-Président : Développement numérique et économie numérique  
  • Pascal TEBIBEL, 8ème Vice-Président : Attractivité économique et grands projets économiques 
  • Christian DUMAS, 9ème Vice-Président : Politique cyclable et circulations douces 
  • Jean-Vincent VALLIES, 10ème Vice-Président : Aménagement, planification urbaine et stratégie foncière  
  • Françoise GRIVOTET, 11ème Vice-Présidente : Parc de Loire et Canal d’Orléans
  • Romain ROY, 12ème Vice-Président : Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) 
  • Marie-Philippe LUBET, 13ème Vice-Présidente : Tourisme, Parc floral, Jardins de Miramion et musées métropolitains 
  • Thierry COUSIN, 14ème Vice-Président : Gestion des déchets
  • Florent MONTILLOT, 15ème Vice-Président : Enseignement supérieur, ESAD, recherche, transferts de technologies et vie étudiante.
  • Vincent MICHAUT, 16ème Vice-Président : Politiques contractuelles, fonds européens et solidarité territoriale. Charles-Eric LEMAIGNEN, 17ème Vice-Président : Mobilités, transport urbain et politique ferroviaire 
  • Laurent BAUDE, 18ème Vice-Président : Agriculture urbaine et périurbaine
  • Isabelle RASTOUL, 19ème Vice-Présidente : Relations humaines et dialogue social 
  • Stéphane CHOUIN, 20ème Vice-Président : Coordination de la politique de santé métropolitaine
Choix de la station

À venir dansDanssecondess