Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Orléans : Serge Grouard redevient maire, Florent Montillot prend du galon

-
Par , France Bleu Orléans

Serge Grouard a de nouveau été officiellement installé maire d'Orléans ce samedi. Florent Montillot devient Premier Adjoint, à la tête d'une super-délégation qui englobe la santé, la sécurité, la prévention et l'université. Les élus issus de la liste d'Olivier Carré se séparent en 2 groupes.

Serge Grouard, de nouveau avec l'écharpe du fauteuil de maire, lors du conseil municipal d'Orléans délocalisé ce samedi au Palais des Sports
Serge Grouard, de nouveau avec l'écharpe du fauteuil de maire, lors du conseil municipal d'Orléans délocalisé ce samedi au Palais des Sports © Radio France - François Guéroult

Pour la quatrième fois, Serge Grouard a reçu l'écharpe de maire d'Orléans. Nomination des adjoints, indemnités des élus, constitution des groupes d'opposition : le conseil municipal d'installation, délocalisé au Palais des sports pour raisons sanitaires, a réservé son lot de surprises.

Serge Grouard parle de "détestation" de quelques-uns à son égard

Serge Grouard n'a rien laissé paraître de son émotion. Tout juste a-t-il évoqué, dans son discours inaugural, "ce lien" qui l'unit aux Orléanais, "socle indestructible de mon engagement" ; lien, qui est, selon lui, "à ce point envié qu'il engendre chez quelques rares personnes une telle détestation à mon égard que je ne comprends pas mais que je constate". La campagne électorale a visiblement laissé des traces - Serge Grouard n'a d'ailleurs pas tenu de conférence de presse à l'issue de ce conseil, contrairement à l'usage.

Lors de ce discours, le maire LR d'Orléans a répété ses priorités : la santé, avec la création d'un centre de santé municipal ; l'environnement, avec les objectifs d'Orléans "décarbonée" et d'Orléans "ville-jardin" ; la sécurité ; la propreté et l'entretien de la ville. "Un point financier" sera fait dès le prochain conseil municipal, convoqué le 17 juillet, mais "les premières mesures d'urgence face à la crise économique et sociale" seront engagées "dès lundi", assure le nouveau maire.

Les 55 élus du conseil municipal d'Orléans se sont retrouvés devant l'hôtel Groslot pour la photo officielle
Les 55 élus du conseil municipal d'Orléans se sont retrouvés devant l'hôtel Groslot pour la photo officielle © Radio France - François Guéroult

Le nouvel exécutif a ensuite été installé : il compte 21 adjoints, dont 5 adjoints de quartier - c'est le nombre maximal d'adjoints autorisé par la loi dans une ville de la taille d'Orléans. S'y ajoutent les conseillers municipaux délégués (auprès du maire ou auprès d'un adjoint) : sur les 39 élus de la majorité, seuls 2 ne seront que simples conseillers municipaux (Aurore Pouls, pourtant 6ème de la liste "Les Orléanais au cœur", et Lalie Didier).

2 adjoints attirent particulièrement l'attention. Florent Montillot, d'abord, nommé Premier Adjoint au maire, avec une délégation englobant à la fois la santé, la sécurité, la prévention et l'université ! Une consécration pour l'élu âgé de 66 ans, à la déjà riche carrière politique. Une reconnaissance, surtout, pour celui qui a été la véritable cheville ouvrière de la campagne. "C'est une délégation qui correspond aux priorités que nous avions identifiées, commente-t-il. Je ne sais pas si je suis le nouveau bras droit du maire : disons que je suis toujours au travail, au four et au moulin, tout le monde me connaît comme ça, et j'en suis très fier."

Un adjoint à la politique de la ville

Un autre adjoint a une délégation inattendue : Hamid Khoutoul. Cet enseignant en économie-gestion au lycée professionnel Paul Gauguin à la Source, ancien adhérent à Europe Ecologie les Verts dont il avait claqué la porte en 2017 pour se présenter en dissident aux élections législatives (1,5% des voix sur la 6ème circonscription du Loiret), sera en charge "du suivi de la politique de la ville et de l'emploi". Sa mission, telle que Serge Grouard l'a évoquée dans son discours, sera de "restaurer le lien via un dialogue permanent avec celles et ceux qui ont perdu confiance dans notre République", afin d'éviter deux écueils : "la discrimination" et "le communautarisme." "Il s'agit de remettre la République au sein de certains territoires abandonnés, explique Hamid Khoutoul, cela va apporter beaucoup d'équité dans les quartiers, notamment pour l'attribution des subventions aux associations."

C'est Jean-Paul Imbault (qui devient adjoint "chargé de la ville-jardin") qui, en tant que doyen, a remis l'écharpe de maire à Serge Grouard
C'est Jean-Paul Imbault (qui devient adjoint "chargé de la ville-jardin") qui, en tant que doyen, a remis l'écharpe de maire à Serge Grouard © Radio France - François Guéroult

Voici la liste des adjoints (on notera que 9 des 21 adjoints ont déjà eu des responsabilités en tant qu'élu au sein de municipalités dirigées par Serge Grouard, ils sont repérables par l'astérisque suivant leur nom) :

  1. Florent Montillot* (Santé, sécurité, prévention et université)
  2. Régine Bréant (Solidarités et famille)
  3. Michel Martin* (Finances, affaires juridiques et systèmes d'information)
  4. Béatrice Barruel* (Urbanisme et quartier centre-ville)
  5. Thomas Renault* (Sports)
  6. Laurence Cornaire (Habitat et logement social)
  7. Hamid Khoutoul (Suivi de la politique de la ville et de l'emploi)
  8. Chrystel de Filippi (Education)
  9. Romain Roy (Transition énergétique et développement durable)
  10. Isabelle Rastoul (Ressources humaines, affaires administratives et administration générale)
  11. William Chancerelle (Culture, événementiel, tourisme et jumelage)
  12. Nadia Labadie* (Quartiers Ouest et coordination des quartiers, de la démocratie de proximité et de la vie associative
  13. Jean-Paul Imbault (Ville jardin, biodiversité, manifestations et filières horticoles)
  14. Florence Carré* (Quartiers Est)
  15. Luc Nantier (Commerce, artisanat et marchés)
  16. Anne-Frédérick Amoa (Quartier de la Source)
  17. Quentin Defossez (Jeunesse et ville numérique)
  18. Corine Parayre* (Quartiers Nord)
  19. Charles-Eric Lemaignen* (Politique de la circulation et de stationnement)
  20. Virginie Marchand (Quartier St Marceau)
  21. Laurent Blanluet* (Salubrité publique et sécurité des établissements recevant du public) 

Serge Grouard renonce à 31% de l'indemnité maximale de maire

Dernière annonce : le montant des indemnités des élus. Serge Grouard percevra en tant que maire 3 889 € brut par mois, alors qu'il aurait pu légalement prétendre à 5 639 €. "Preuve des valeurs de frugalité et d'exemplarité de notre équipe", s'est aussitôt réjoui Florent Montillot, qui assure que la ville va, au total, économiser 50 000 € par an sur les indemnités accordées aux élus. 

Ce chiffre - en fait 48 000 € brut - correspond à la différence entre l'enveloppe maximale possible pour les indemnités d'une ville de la taille d'Orléans et l'enveloppe effectivement adoptée ce samedi. Et en réalité, 31% de cette "économie" est supportée par les conseillers municipaux d'opposition, qui ne recevront que 155 € brut d'indemnité par mois (alors qu'ils auraient pu prétendre à 233 €).

Les élus de la liste Carré scindés en 2 groupes

L'opposition, justement. Si les 9 élus issus de la liste OSE (EELV, PS, PC) restent soudés au sein d'un même groupe, il n'en est pas de même pour les 7 élus issus de la liste menée par le maire sortant Olivier Carré (qui a démissionné). Ces 7 élus siégeront dans 2 groupes distincts : un groupe proche de la droite (Olivier Geffroy, Christel Royer, Muriel Sauvegrain, Gérard Gautier) et un groupe proche de LREM (Stéphanie Rist, Ludovic Bourreau et Jihan Chelly).

L'union de cette liste - qui se voulait "centrale" - a donc déjà éclaté. "Je parlerais plutôt de clarification", tempère Olivier Geffroy, qui confie qu'il n'avait pas apprécié que Jihan Chelly envisageât, entre les deux tours, une éventuelle fusion avec la liste de l'écologiste Jean-Philippe Grand. "Notre groupe sera dans la minorité, mais pas dans l'opposition", ajoute Olivier Geffroy. "En terme de clarté, il était important de faire cette scission en deux goupes", indique Stéphanie Rist. Nous nous étions rassemblés autour d'un projet : à partir du moment où on ne peut plus porter ce projet, il est logique et honnête que chacun reprenne ses idées." Mais la députée revendique pleinement le terme "groupe d'opposition", une opposition qui sera "constructive", jure-t-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess