Politique

"Oui au Pays Catalan" devient une force politique et se lance dans un nouveau combat

Par Anne-Natacha Bouillon, France Bleu Roussillon dimanche 16 octobre 2016 à 16:12

La tête de cortège avec les membres du collectif "Oui au Pays Catalan' rejoints par certains élus
La tête de cortège avec les membres du collectif "Oui au Pays Catalan' rejoints par certains élus © Radio France - Sébastien Berriot

Élus et habitants des Pyrénées-Orientales déçus du nom de région Occitanie se sont réunis en congrès ce week-end. Ils ont fondé un nouveau parti politique pour faire valoir l'identité catalane et envisagent de rebaptiser le département des Pyrénées-Orientales ou de créer une nouvelle collectivité.

La pilule "Occitanie", ils ne l'ont toujours pas digérée. Et pour la plupart des Catalans apolitiques et de tous âges, c'est la première fois qu'ils embrassent une cause. Ils sont écœurés :

"J'ai le sentiment qu'on est en train de nous effacer. Quand tu vois 'Collioure Occitanie', ça te fait sursauter. Ça me révolte."

De nombreux élus de tous bords sont venus des quatre coins du département. Annabelle Brunet est conseillère municipale à Perpignan. Pour elle, ce n'est pas une affaire de gauche ou de droite :

"Il faut dépasser les clivages et faire attention qu'on ne soit pas récupéré par les uns ou les autres."

Il faut dépasser les clivages gauche droite

Un nouveau nom ou une nouvelle collectivité pour les Pyrénées-Orientales ?

Rebaptiser le département est une piste, mais si les élus ne sont pas d'accord, il faudra créer une collectivité à part entière comme la Corse ou encore le Grand-Lyon. L'article 72 de la constitution le permet.

"A partir de ce mécontentement, on peut reconstruire une nouvelle forme territoriale. On ne peut compter que sur nous même." Laurent Leygue, maire d'Estavar en Cerdagne

Créer une nouvelle entité, c'est possible

Jordi Vera est à l'initiative de ce projet. Lui estime qu'on ne doit pas être gouverné par Toulouse ou Paris.

Oui au Pays Catalan entend se positionner sur toutes les élections à venir.

Partager sur :