Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Paquet de cigarettes à 10 euros : des radars bâchés dans la Loire avant d'autres actions à la rentrée

vendredi 21 juillet 2017 à 18:57 Par France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Saint-Étienne Loire

Les buralistes de la Loire promettent des actions coup de poing à la rentrée contre le paquet de cigarettes à 10 euros. Ils ont déjà donné le ton dans la nuit de jeudi à vendredi en bâchant des radars automatiques, principalement dans la plaine du Forez.

Les buralistes revendiquent le bâchage de dix radars dans la Loire, comme ici leurs collègues à Brienne.
Les buralistes revendiquent le bâchage de dix radars dans la Loire, comme ici leurs collègues à Brienne. © Maxppp - Frédéric Charmeux

Coup de sang des buralistes : dans tout le pays ils s'en sont pris aux radars dans la nuit de jeudi à vendredi. La profession revendique le bâchage de 430 radars automatiques dans l'Hexagone, dont dix dans la Loire . C'est ainsi que des engins se sont retrouvés recouvert d'un sac poubelles, essentiellement dans la plaine du Forez puis dans le Roannais et un sur Saint-Étienne du côté de la Rivière.

Une mobilisation contre le projet du gouvernement de porter le prix du paquet de cigarette à 10 euros, comme l'a annoncé Édouard Philippe, le premier ministre lors de son discours de politique générale au début du mois. Du côté de la ministre de la Santé, il est question d'une hausse étalée sur 3 ans. Le calendrier sera précisé à l'automne à l'occasion du projet de loi de financement de la Sécurité sociale.

Ces actions, c'est un avertissement dit la chambre syndicale des buralistes avant d'autres actions à la rentrée. La profession demande aussi aux autorités de prononcer la "fermeture immédiate des commerces qui se livrent à la revente de tabac de contrebande".

Vente sous le manteau aux abords du Palais de justice ?

Vente sous le manteau qui ne fait aucun doute aux yeux du président de la chambre syndicale des buralistes de la Loire, qui s'appuie sur la baisse sensible de la vente de paquets des marques les plus faciles à écouler. "Des collègues ont vu les quantités divisées par trois, quatre, voire cinq... Certains ne vendent quasiment plus de cigarettes de ces marques-là", assure Gilles Grangier. Il pointe du doigt les abords du Palais de justice de Saint-Étienne et les locaux repris par de soit-disant "associations".

Elles n'en sont en fait pas du tout. Ces lieux ont fait l'objet d'une opération coordonnée de contrôle de la direction des fraudes, des douanes et de la police en juin dernier. Un représentant de Philip Morris, le groupe qui possède les plus grosses marques de cigarettes, serait même venu sur place à plusieurs reprises l'an dernier, alerté par l'effondrement des ventes.