Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Paris : Anne Hidalgo a signé un nouvel arrêté de piétonnisation des voies sur berges

jeudi 8 mars 2018 à 9:00 - Mis à jour le jeudi 8 mars 2018 à 10:21 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé ce jeudi avoir signé un nouvel arrêté de piétonnisation des voies sur berges dans le centre de la capitale. Il sera publié vendredi. Le précédent arrêté avait été annulé par le tribunal administratif le 21 février 2018.

Anne Hidalgo
Anne Hidalgo © Maxppp - Nicolas Kovarik

Paris

La maire de Paris, Anne Hidalgo, est bien décidée à piétonniser les voies sur berges, rive droite, au centre de la capitale. Après l'annulation de son arrêté par le tribunal administratif de Paris le 21 février 2018, elle revient à la charge avec un nouvel arrêté qu'elle a signé et qui sera publié vendredi. Elle l'a annoncé ce jeudi chez nos confrères de France Inter. Cet arrêté "a été pris en concertation  avec l'Etat et le préfet de police... Il tient compte de ce qu'a dit le tribunal" a précisé Anne Hidalgo. 

L'arrêté sera affiché ce jeudi dans les mairies concernées.

Le nouvel arrêté met en avant la protection des sites

Le nouvel arrêté ne parle plus de lutte contre la pollution mais il met en avant "la tranquillité, la protection des sites ou leur mise en valeur à des fins esthétiques et touristiques". Il rappelle que les voies concernées ont été inscrites par l'UNESCO au patrimoine mondial. 

Le précédent arrêté de cette piétonnisation avait été annulé car une étude d'impact "comportait des inexactitudes, des omissions et des insuffisances concernant les effets du projet" sur la circulation, la pollution et le bruit, indiquait le tribunal.

Le coup de griffe d'Anne Hidalgo à Valérie Pécresse

La maire de Paris a qualifié d'"inopérant" le scénario "alternatif" défendu par Valérie Pécresse. La présidente LR de la région Ile-de-France propose de rétablir une voie de circulation sur les berges à 30 km/h.                      

"Le plan proposé par Madame Pécresse, c'est de remettre des voitures sur les voies sur berges, tout en laissant une file pour les piétons. Cela prouve qu'elle n'a pas trop dû aller se promener sur les voies sur berges, parce que _cette proposition est totalement inopérante et irréaliste_. Et en plus, elle ne serait pas acceptée par le préfet de police parce qu'elle créerait, pour le coup, un danger", a estimé Anne Hidalgo.

Une majorité de Parisiens pour la piétonnisation de ces voies sur berges selon un sondage Ipsos

La maire de Paris a aussi rappelé qu'un sondage Ipsos commandé par la Mairie de Paris montrait que 55% des Parisiens soutenaient cette piétonnisation des voies sur berges. Cette piétonnisation a donné lieu à des mois de batailles entre Paris et banlieue et entre élus de droite et de gauche.