Politique

Paris : Anne Hidalgo remanie son exécutif et rassure la gauche de sa majorité

Par Marc Bertrand, France Bleu Paris et France Bleu vendredi 6 octobre 2017 à 15:29

Un conseil municipal extraordinaire ce vendredi a permis de valider le remaniement de l'exécutif, qui passe de 21 à 27 adjoints.
Un conseil municipal extraordinaire ce vendredi a permis de valider le remaniement de l'exécutif, qui passe de 21 à 27 adjoints. © Radio France - M.B.

A mi-mandat, la maire de Paris remanie son exécutif pour remplacer trois adjoints, élus au Sénat, mais aussi pour rassurer les communistes et les écologistes, qui font partie de la majorité municipale. Ils s'inquiétaient de l'éventuelle entrée de "macronistes" parmi les adjoints.

Anne Hidalgo a réussi à apaiser sa majorité. La maire socialiste de Paris a remanié son exécutif pour la seconde partie de son mandat vendredi, lors d'une séance extraordinaire du conseil municipal. Trois de ses adjoints ont été élus au Sénat, Julien Bargeton, Bernard Jomier et Rémi Féraud. Ils ont dû quitter leur poste en raison de la loi sur le non-cumul des mandats, ce qui justifiait ce remaniement.

Mais l'enjeu était ailleurs pour Anne Hidalgo : calmer la gauche du PS, les écologistes et les communistes, tous membres de la majorité municipale, et qui reprochaient à la maire de Paris sa position ambiguë vis-à-vis de la politique d'Emmanuel Macron. "Mon rôle n'est ni d'être l'opposante, ni le soutien d'Emmanuel Macron", mais d'être "maire de Paris", avait-elle affirmé cette semaine.

Ce vendredi, la maire de Paris a réaffirmé ses priorités pour la deuxième moitié de son mandat : La lutte contre la pollution, l'attractivité de Paris avec les Jeux Olympiques de 2024 en ligne de mire, et surtout le social. Des objectifs "fidèles" selon elle au "contrat signé avec les parisiens", et avec sa majorité, en 2014 lors des élections.

Il y a des sujets sur lesquels on travaille bien avec le gouvernement, comme la question environnementale. Sur d'autres sujets, il y a des désaccords, sur les contrats aidés, la baisse des APL, la politique du logement, qui pourraient conduire la maire de Paris à s'exprimer contre le gouvernement" - Bruno Julliard, premier adjoint

La République en Marche repousse la constitution de son groupe

Les élus communistes et écologistes sont rassurés sur la ligne politique de la mairie, même si, dans un communiqué, la fédération PCF de Paris dit rester "vigilante". La maire de Paris reconduit trois adjoints communistes, comme dans le précédent exécutif. Elle passe également à 5 adjoints écologistes, une de plus que dans le précédent exécutif. En tout, et en ajoutant les 14 adjoints PS et un adjoint du Parti radical de gauche, le nombre d'adjoints passe de 21 à 27.

Anne Hidalgo reconduit également ses deux adjoints ouvertement soutiens d'Emmanuel Macron, Jean-Louis Missika et Mao Péninou. Mais ceux-ci restent dans le groupe socialiste de la majorité au Conseil municipal. Et ce qui rassure surtout la gauche de la majorité municipale, c'est que les macronistes n'ont pas constitué de groupe.

Ils voulaient profiter de cette séance du conseil municipal pour annoncer la constitution d'un groupe La République en Marche, composé d'élus socialistes qui sortiraient de la majorité municipale. Ils comptaient réunir une quinzaine d'élus, finalement ils ne sont que cinq. Suffisant pour créer un groupe officiellement, mais pas assez pour effrayer Anne Hidalgo. La constitution officielle d'un groupe En marche au conseil de Paris est donc repoussée au prochain conseil municipal, fin novembre. Le temps, espèrent-ils, de convaincre un peu plus d'élus pour présenter un groupe un peu plus étoffé.