Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Paris : Benjamin Griveaux retire sa candidature après la diffusion de vidéos à caractère sexuel

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Paris, France Bleu

Le candidat officiel de La République en Marche a annoncé ce vendredi qu'il renonçait à briguer la mairie de Paris, après la diffusion de vidéos à caractère sexuel.

Benjamin Griveaux lors de l'enregistrement de son allocution, le 14 février 2020.
Benjamin Griveaux lors de l'enregistrement de son allocution, le 14 février 2020. © AFP - Lionel Bonaventure

Benjamin Griveaux, le candidat de la majorité à la mairie de Paris, renonce à se présenter aux élections municipales après la diffusion de vidéos à caractère sexuel. Il l'a annoncé ce vendredi matin.

"Depuis plus d'un an, ma famille et moi avons subi des propos diffamatoires, des mensonges, des rumeurs, des attaques anonymes, la révélation de conversations privées dérobées ainsi que des menaces de mort", a déclaré Benjamin Griveaux dans une déclaration enregistrée en début de matinée au siège de l'AFP. "Ce torrent de boue m'a affecté et surtout a fait mal à ceux que j'aime. Comme si cela n'était pas suffisant, hier, un nouveau stade a été franchi. Un site internet et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée. Ma famille ne mérite pas cela. Personne, au fond, ne devrait jamais subir une telle violence", a-t-il estimé.

Un artiste contestataire russe revendique la mise en ligne des échanges

Mercredi soir, des extraits de conversations intimes via une application de messagerie téléphonique ont été diffusés sur un site internet, avant d'être largement partagés sur les réseaux sociaux jeudi. Dans ces échanges : des messages connotés adressés à une femme, dont le site affirme qu'ils émanent de l'ancien porte-parole du gouvernement, et deux vidéos dans laquelle un homme, dont le visage n'est pas visible, se filme en train de se masturber. Ni Benjamin Griveaux ni son entourage n'ont souhaité commenter ces messages et vidéos, dont l'authenticité n'a donc pas été établie. L'intéressé a en tout cas fait savoir qu'il allait porter plainte, notamment pour "violation de la vie privée".

Un artiste contestataire russe, Piotr Pavlenski, qui avait incendié la façade d'une succursale de la Banque de France en 2017, a affirmé avoir mis en ligne ces vidéos. "Il affirme tenir cette vidéo d'une 'source' qui avait une relation consentie avec Benjamin Griveaux", écrit sur son site internet le journal Libération, qui a eu un entretien téléphonique jeudi soir avec l'artiste qui bénéficie de l'asile politique en France. Ce dernier dit avoir voulu ainsi "dénoncer l'hypocrisie" de Benjamin Griveaux.

En marge de sa déclaration, Benjamin Griveaux a indiqué s'être entretenu tard jeudi soir avec le président Emmanuel Macron, qui l'a selon lui assuré de son soutien "quelle que soit sa décision", en l'invitant à protéger les siens.

Une campagne laborieuse

Un mois avant le premier tour, la campagne électorale de Benjamin Griveaux peinait à décoller. À peine désigné candidat à la mairie de Paris, son image s'était détériorée lors de la révélation d'un enregistrement dans lequel il insultait nombre de ses camarades. La campagne qui s'annonçait comme une voie triomphale vers l'Hôtel de ville de la capitale avait finalement tourné au chemin de croix : il avait dû affronter la candidature dissidente de Cédric Villani, bien que celui-ci ait brigué l'investiture LREM et se soit engagé à soutenir le candidat désigné.

Au fur et à mesure de la campagne, les sondages étaient médiocres, Benjamin Griveaux étant largement devancé par la sortante socialiste, Anne Hidalgo.

- - Aucun(e)
- - -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu