Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : L'éducation : un enjeu électoral 2017

Paroles de collégiens biterrois sur la présidentielle

lundi 27 mars 2017 à 8:25 Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault

Avant le premier tour de la présidentielle, France Bleu Hérault donne la parole à une classe de 3e du collège La Dullague de Béziers. Leur opinion sur le bilan du quinquennat, les candidats, les thèmes de campagne et leurs propositions. Paroles de collégiens.

La classe de 3e D du Collège la Dullague à Béziers
La classe de 3e D du Collège la Dullague à Béziers © Radio France - Marie Ciavatti

Béziers, Hérault, France

Ils arrivent à 11h ce vendredi matin dans la classe d'Eric Méjean, pour le cours d'histoire-géo : 28 élèves de 14 ou 15 ans. Ils sont en 3e D, au collège La Dullague à Béziers, près des arènes dans un quartier mixte, entre résidences privées et HLM.

C'est un cours pas tout à fait comme les autres : c'est eux qui ont la parole. Une petite heure pour discuter des enjeux de cette présidentielle, vue par les électeurs de demain et non par des analystes, des journalistes ou les politiques eux-mêmes.

Collège La Dullague, dans le quartier des arènes à Béziers, entre une zone pavillonnaire et des HLM. - Radio France
Collège La Dullague, dans le quartier des arènes à Béziers, entre une zone pavillonnaire et des HLM. © Radio France - Marie Ciavatti

On a poussé les tables contre les murs et formé un cercle pour discuter le plus librement possible. Une seule règle : s'écouter et respecter la parole de l’autre. Parlent ceux qui le souhaitent. Maurine, Djamel, Medhi, Alexis, Alexandre, Nathan, Noah, Pauline, Myriam, Asma, Noëllia, Mike.. entre autres. Que retiennent-ils du quinquennat de François Hollande ? Que pensent-ils de cette campagne ? des candidats ? de leurs programmes ? Qu'attendent-ils d'un chef d'État ? Et tiens... si eux étaient à l'Elysée, quelles seraient leurs priorités ? Ils ont la parole !

Le bilan du quinquennat

On commence par là : le bilan des cinq années de François Hollande au pouvoir. À son élection en 2012, ils étaient encore à l'école primaire. Que retiennent-ils de son action ? Une forme d'"impuissance, un manque d'autorité". Pour cette fameuse courbe du chômage, "ce qu'il a fait n'a pas porté ses fruits. Il a essayé mais en vain". Ils lui reconnaissent quand même le mariage pour tous : "le seul truc de bien, parce que tout le monde peut s'aimer". Tout aussi polémique, la loi travail, "pas vraiment de gauche, elle était de centre ou de droite". Extraits.

Bilan du quinquennat

La campagne et les candidats

Sur les 11 candidats en lice, cinq noms ressortent: François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, ceux que les médias désignent comme "principaux" candidats et qui ont été les seuls à participer au premier débat d'avant premier tour. Des candidats qui "s'attaquent entre eux, s'envoient des piques". Des candidats divisés : "Il y a trois candidats de gauche. Je vois pas pourquoi ils ne s'allient pas. Ils veulent trop le pouvoir."

Ils n'ont jamais voté mais se méfient déjà des candidats. Maurine a son idée sur le campagne :"Ils vont essayer de défendre leurs idées, de convaincre les gens que c'est leur programme le meilleur , que c'est eux les meilleurs et qu'ils vont mettre en place leur programme mais c'est pas toujours le cas". Nathan a en tête une mesure qui lui semble irréaliste : le revenu universel voulu par Benoît Hamon. "Le montant pour chaque habitant est beaucoup trop élevé pour être réalisé. S'il était réalisé, ce serait une grosse crise en France. je pense surtout qu'il a dit ça pour se faire élire et qu'il ne le fera jamais".

"Ils n'ont pas fait ce qu'il fallait pour convaincre le peuple"

Que les prétendants à l'Élysée prennent garde ! Petit avertissement délivré par Djamel: "J'ai remarqué qu'à la primaire, les favoris n'ont pas gagné. François Fillon dans les sondages il est parti quatrième, il est arrivé premier. Benoît Hamon il était troisième et il a gagné. Donc pour moi, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Manuel Valls, ils se sont reposés sur leurs acquis. Ils n'ont pas fait ce qu'il fallait pour convaincre le peuple. Ils étaient sûrs de gagner alors que pas du tout."

La campagne et les candidats.

  - Radio France
© Radio France - Ciavatti

Quels thèmes prioritaires?

Au milieu des affrontements, des débats, des meetings, ils ont capté des échos de cette campagne. Certains thèmes, certaines propositions. La priorité ? L'emploi pour la plupart d'entre eux. Le thème le plus polémique ? Les réfugiés sans aucun doute. Ils citent aussi le terrorisme, les allocations, les 35 heures, le logement, et soulignent l'absence d'intérêt pour la jeunesse dans les débats.

Les thèmes de campagnes. Reportage Marie Ciavatti

Les qualités d'un président

L'engagement. "Un Président qui aime vraiment son pays". "Quelqu'un qui n'escroque pas la France, ne s'en serve pas pour son propre intérêt." Un Président actif. "quelqu'un qui prenne des décisions importantes". Proche des Français: "qui ait connu la pauvreté, qui sache ce que c'est que la rue, ne pense pas qu'aux intérêts des riches". Une personne issue de la société civile, pas un politicien professionnel : "Macron lui il a peut être plus de chances parce qu'il a connu le monde du travail, il a travaillé dans une banque. Au moins, il connaît l'avis du peuple."

Les qualités d'un président

"Si j'était président..."

Et eux, quelles mesures prendraient-ils s'ils étaient au pouvoir? Baisser le chômage, loger les SDF, stopper les délocalisations, l'égalité homme/femme et le droit de vote dès 16 ans. Extraits...

  - Aucun(e)

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.