Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Parquet anti-terroriste, taxe carbone aux frontières, éducation : les propositions d'Emmanuel Macron sur l'Europe

mardi 26 septembre 2017 à 17:31 Par Magali Fichter, France Bleu

Le président de la République a prononcé un discours ce mardi à la Sorbonne, à Paris. Il a énoncé une série de propositions pour l'Union Européenne, dans des domaines aussi variés que l'économie, la sécurité ou encore l'énergie et l'agriculture.

Emmanuel Macron à la Sorbonne le 26 septembre 2017
Emmanuel Macron à la Sorbonne le 26 septembre 2017 © Maxppp -

L'Europe est "trop faible, trop lente, trop inefficace". Ce sont les mots du chef de l'Etat, ce mardi, lors de son discours dans l'amphithéâtre de la Sorbonne, à Paris, durant lequel il a énoncé toute une série de propositions, développées en "six clés".

Un "parquet européen" contre le terrorisme

La première de ces "clés", c'est la défense. "Ce qui manque le plus à cette Europe de la défense, c'est une structure stratégique commune", affirme Emmanuel Macron, qui souhaite créer "une force commune d'intervention" européenne, ainsi qu'un "parquet européen" contre le terrorisme. Emmanuel Macron demande également la création d'un office européen de l'asile et une police européenne des frontières, "pour maîtriser efficacement nos frontières, accueillir dignement les réfugiés (...) et renvoyer rapidement ceux qui ne sont pas éligibles au droit d'asile".

Une taxe sur les transactions financières au niveau européen

Côté économie, le président de la République propose de créer au niveau européen "une taxe sur les transactions financières", qui serait "affectée intégralement" à l'aide au développement. Il a cité les exemples de la France et de la Grande-Bretagne, en suggérant de généraliser les taxes déjà existantes dans les deux pays. Emmanuel Macron demande également un ministre des Finances de la zone euro, et "un socle de droits sociaux européens". "Il faut garantir à tous un salaire minimum, adapté à la réalité économique de chaque pays", a précisé le chef de l'Etat.

Un "juste prix" du carbone d'au moins 25 à 30 euros la tonne

Emmanuel Macron souhaite également "une taxe carbone" aux frontières de l'Europe , qui pèserait sur les importations issues d'industries polluantes, afin "d'assurer l'équité entre les producteurs européens et leurs concurrents", ainsi qu'un prix minimum du carbone, d'au moins 25 à 30 euros la tonne, au niveau européen.

Des listes transnationales au Parlement européen

Autre annonce : pendant six mois, des "conventions démocratiques", des débats sur la base de questions communes dans toute l'UE, seront organisés en 2018 dans les pays volontaires. Le président de la République en a profité pour demander le renforcement du Parlement européen par des listes transnationales, et ce dès 2019, afin que les électeurs puissent voter pour "un projet européen". "On votera pour la même liste partout à travers l'Europe : chiche !"

Un apprentissage des langues renforcé

Enfin, Emmanuel Macron souhaite que les étudiants parlent au moins deux langues européennes d'ici 2024, et que chaque jeune passe au moins six mois dans un autre pays de l'Union.