Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

Plus d'eau thermale pour l'hôpital de Bagnères-de-Bigorre : le directeur s'explique

-
Par , France Bleu Béarn

A Bagnères-de-Bigorre, l'eau thermale est un enjeu important. La décision de l'hôpital d'utiliser de l'eau de ville pour son centre de rééducation suscite beaucoup d'inquiétudes. Le maire Claude Cazabat s'est exprimé sur le sujet, c'est au tour du directeur par intérim de l'hôpital de s'expliquer.

La mairie de Bagnères de Bigorre.
La mairie de Bagnères de Bigorre. © Radio France - Mathias Kern

Le maire estimait que l'eau thermale coûtait moins cher que l'eau de ville, il voulait donc saisir le conseil de surveillance de l'hôpital pour contester cette décision. Le directeur de l'hôpital, Jean-Pierre Andry a envoyé un communiqué aux médias. 

Selon lui, la redevance fixe réclamée tous les ans par la commune est trop élevée. Ensuite, pour faire fonctionner les bassins de rééducation, il faut utiliser beaucoup plus d'eau thermale que d'eau de ville, (25 fois plus), et la raison est d'ordre sanitaire : quand on remplit les bassins d'eau thermale, il faut les vidanger entièrement une fois par semaine, ce qui n'est pas le cas avec l'eau de ville qui n'a besoin que d'une filtration et de traitements comme les piscines publiques. Si on ajoute le chauffage de l'eau de ville alors que l'eau thermale arrive déjà chaude, le coût serait de 10 à 11 000 euros par an pour l'eau de ville, contre 92 500 euros pour l'eau thermale, et ce serait sans compter avec l'entretien des installations techniques qui est plus lourd avec l'eau thermale riche en calcaire et sels minéraux. Un autre point va faire bondir le maire : selon le directeur de l'hôpital, la fréquentation du centre de rééducation ne dépend pas de l'eau, mais des soins apportés par les professionnels. Il compte détailler ses explications, en présence du maire, lors de la cérémonie des vœux le dix janvier prochain. Eau de ville ou eau thermale, le dossier est bouillant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess