Infos

Pas de candidature de François Hollande en 2017 : les réactions en Limousin

Par Isabelle Gaudin, France Bleu Limousin vendredi 2 décembre 2016 à 10:54

A gauche, après la surprise, les élus limousins saluent le courage et le bilan de François Hollande
A gauche, après la surprise, les élus limousins saluent le courage et le bilan de François Hollande © Maxppp -

La décision de François Hollande jeudi soir de ne pas se représenter en 2017 a suscité de nombreuses réactions, souvent de surprise. La gauche limousine salue unanimement le courage d'un homme et appelle au rassemblement.

C'est d'abord la surprise qu'ont exprimée les élus et responsables de gauche ce vendredi matin en direct sur France Bleu Limousin après le renoncement de François Hollande à se représenter en 2017. Ils ont tous parlé de "décision courageuse" et ont commencé à parler de la suite avec la candidature attendue de Manuel Valls. Le maire de Tulle, Bernard Combes, a salué "le courage d'un grand homme d'État".

Alain Rodet, député PS de Haute-Vienne - Maxppp
Alain Rodet, député PS de Haute-Vienne © Maxppp - Brigitte Azzopard

Il va créer un grand vide, même s'il reste en fonction" - Alain Rodet, député PS de Haute-Vienne

Alain Rodet a d'abord exprimé ses "regrets pour demain". "François Hollande a fait ça en son âme et conscience. Je respecte l'homme et je l'admire. Il va créer un grand vide, même s'il reste en fonction". Le député PS de Haute-Vienne estime que le Président "a des nerfs d'acier, il est taillé pour le rôle". La seule chose qu'Alain Rodet reproche à François Hollande c'est de s'être "trop laisser impressionner au début de son mandat par le Mozart de l'économie qu'est Emmanuel Macron. Je ne veux pas en faire un bouc émissaire, mais il est frappé par l’immaturité et il ne connaît pas bien la France."

Daniel Boisserie, député de Haute-Vienne - Maxppp
Daniel Boisserie, député de Haute-Vienne © Maxppp - Pascal Lachenaud

Le député PS Daniel Boisserie a lui aussi admis qu'il était "sous le choc". Il estime que "François Hollande a fait beaucoup, il a hérité d'une situation extrêmement délicate. Maintenant, il faut réagir et avoir quelqu'un qui soit à la hauteur. Je pense que c'est le premier ministre qui a les épaules pour être candidat." Interrogé par France Bleu Limousin sur l'éventuelle démission de Manuel Valls, Daniel Boisserie répond : "Pourquoi démissionner ? Je pense qu'il faut une stabilité à la France. François Hollande reste Président de la République jusqu'au mois de mai. Manuel Valls continue, c'est un homme de loyauté, démissionner n'est pas la bonne solution."

Le secrétaire d'État au commerce extérieur, Matthias Fekl - Maxppp
Le secrétaire d'État au commerce extérieur, Matthias Fekl © Maxppp - Olivier Hoslet

Le message du Président, c'est celui du rassemblement" - Matthias Fekl, secrétaire d'État au Commerce extérieur

Matthias Fekl, le secrétaire d'État au Commerce extérieur était l'invité de France Bleu Limousin ce vendredi matin. Le renoncement de François Hollande "n'est pas un aveu d'échec pour le Gouvernement", explique-t-il. Pour Matthias Fekl, "la droite a un projet de très grande violence sociale où l'extrême droite est en embuscade. Et pour tout le monde à gauche ça créé une grande responsabilité. Le message du président, c'est celui du rassemblement." Il termine avec ces mots : "l'éclatement de la gauche, c'est une réalité dans toute l'Europe. On ne peut pas accabler un homme. Il y a un défi, un rassemblement à construire. Je pense que l'histoire et les français réhabiliteront très rapidement le quinquennat de François hollande."

Laurent Lafaye, 1er secrétaire du PS de Haute-Vienne (à gauche) avec Jean-Christophe Cambadélis - Maxppp
Laurent Lafaye, 1er secrétaire du PS de Haute-Vienne (à gauche) avec Jean-Christophe Cambadélis © Maxppp - Brigitte Azzopard

Je pense à tous les combats qu'on a pu mener, j'ai un peu de tristesse" - Laurent Lafaye, 1er secrétaire du PS de Haute-Vienne

Laurent Lafaye, le Premier secrétaire du PS en Haute-Vienne estime que François Hollande a "fait preuve de lucidité, c'est un moment difficile, j'ai un peu de tristesse, je pense à tous les combats qu'on a pu mener." Dépassée la surprise, Laurent Lafaye veut maintenant être digne du message de "responsabilité qu'a fait passer François Hollande". Pour cela, il faut rassembler la gauche et cela passe par le fait que "tout le monde accepte les règles de la primaire".

Patricia Bordas, ancienne sénatrice de Corrèze et soutien d'Emmanuel Macron - Aucun(e)
Patricia Bordas, ancienne sénatrice de Corrèze et soutien d'Emmanuel Macron - © Patricia Bordas

L'ancienne sénatrice de Corrèze, Patricia Bordas, n'a pas été surprise par la décision de François Hollande, "c'est l'exemple même d'une décision courageuse." Celle qui aujourd'hui soutient Emmanuel Macron estime que ce dernier "n'a pas trahi le Président", elle ajoute : "Je ne vois pas ce qu'il irait faire dans une primaire à droite ou à gauche !" Interrogée sur un possible duel Valls-Macron, Patricia Bordas botte en touche : "Emmanuel Macron va tracer son chemin, il débattra avec l'adversaire politique qu'il aura en face de lui, peut-être que ce sera Manuel Valls. C'est une question d'idées, ce que l'on veut pour la France de demain".

Partager sur :