Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Pas question de toucher au temps de travail des fonctionnaires en Dordogne selon Germinal Peiro

jeudi 27 septembre 2018 à 18:49 Par Maxime Fayolle, France Bleu Périgord

Le gouvernement envisage de revenir sur les accords passés qui dérogent aux 35h dans certaines collectivités, c'est le cas en Dordogne. Le président du conseil départemental, Germinal Peiro n'y est pas favorable.

Le président du conseil départemental de la Dordogne, Germinal Peiro
Le président du conseil départemental de la Dordogne, Germinal Peiro © Radio France - Evelyne Gaillard

Dordogne, France

Le gouvernement envisagerait de faire travailler plus les fonctionnaires territoriaux. En septembre 2017, la chambre régionale des comptes pointait déjà du doigt le temps de travail des fonctionnaires en Dordogne : 1 544h chaque année contre 1 607h pour un salarié aux 35h. 

"Je ne serai pas le président de la régression sociale"

Si les fonctionnaires travaillent moins en Dordogne, c'est la conséquence d'un accord de Robien, antérieur aux 35 heures, qu'a signé le département. Près de 40 % des salariés en bénéficie en 2013 et en 2015. Ces accords coûtent chers, près de 3,8 millions d'euros au département. Pourtant, le président du conseil départemental, Germinal Peiro n'envisage pas de revenir dessus : "Nous sommes dans la légalité. L'opposition a tenté plusieurs fois d'y revenir dessus mais je ne le souhaite pas. Je ne serai pas le président de la régression sociale. Il est facile de taper sur les fonctionnaires, mais en Dordogne quand on a besoin d'eux, ils sont là. On l'a vu encore lors des récentes tempêtes. Je considère que 98% des fonctionnaires du département sont consciencieux et font leur travail du mieux possible. Je le sais, parce que je le vis !"