Infos

Pascal Coste croit toujours aux chances de Bruno le Maire pour la primaire de la droite

Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin lundi 31 octobre 2016 à 10:41

"Je crois qu'il faut qu'il lâche les chevaux", affirme l'élu corrézien à propos de son poulain !
"Je crois qu'il faut qu'il lâche les chevaux", affirme l'élu corrézien à propos de son poulain ! © Maxppp - Agnès Gaudin

Le président du conseil départemental de la Corrèze était l'invité de France Bleu Limousin ce lundi matin à 8h20, alors que le deuxième débat de la primaire a lieu jeudi entre les 7 candidats. "Bruno doit lâcher les chevaux", dit-il.

Bruno le Maire était pressenti comme le 3ème homme mais a déçu lors du 1er débat de cette primaire de la droite. _"J'y assistais, et je le lui ai dit", raconte Pascal Coste, "il vaut mieux mettre la cravate et se décoincer, je crois qu'il faut qu'il lâche les chevaux, mais j'ai aussi vu un Nicolas Sarkozy stressé comme jamais_". Selon l'élu corrézien, "les Français ne veulent plus" de l'ancien président, et s'il est éliminé au 1er tour, le choix sera plus ouvert car "40% des gens se se sont pas encore déterminés" et son favori aura alors ses chances, fort d'un projet clair, qui propose "une refondation complète du système".

Bruno le Maire a-t-il perdu sa place de 3ème homme ? Non, pour Pascal Coste, tout reste jouable.

Pascal Coste mentionne ainsi la publication d'extrait de casier judiciaire pour être candidat, marque d'une volonté de probité en politique et l'accent mis sur la ruralité qui rappelle un certain Jacques Chirac, et serait important dans le cadre de négociations comme sur le TAFTA, le traité transatlantique. "C'est un projet de 1.000 pages, écrit à plus de 400 mains, après plus de 450 rencontres avec les Français", plaide le Corrézien, "je ne l'ai pas lu dans le détail, mais j'ai participé à l'écriture de beaucoup de ces pages".

Bruno le Maire en meeting il y a quelques jours - Maxppp
Bruno le Maire en meeting il y a quelques jours © Maxppp - Thomas Padilla

Les sympathisants de la droite et du centre sont appelés à s'exprimer les 20 et 27 novembre.

Partager sur :