Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pascal Lelarge, préfet de Corse : "Je suis le premier à ne pas vouloir faire de couvre-feu"

-
Par , France Bleu RCFM

Ce mardi, le préfet de Corse organisait une réunion avec les maires des alentours d'Ajaccio. S'il exclu un renforcement des mesures de lutte contre l'épidémie pour le moment, Pascal Lelarge lance un nouvel appel à la responsabilité et compte s'appuyer sur les maires pour faire passer le message.

Pascal Lelarge (août 2020)
Pascal Lelarge (août 2020) © Radio France - RCFM

Rencontrer et rassurer les maires dans cette période compliquée. C'est le but de la réunion organisée ce mardi à Peri par Pascal Lelarge, en compagnie des maires des alentours d'Ajaccio. Sur les quatre-vingt communes conviées, la moitié environ s'est déplacée. 

Au programme, des discussions sur le plan de relance, ou encore l'urbanisme, même si le premier sujet abordé a bien évidemment été l'épidémie de COVID-19. Alors que les contaminations augmentent dans l'île, le préfet de Corse a demandé aux maires de faire de la prévention auprès de leurs administrés, tout en excluant un éventuel couvre-feu pour l'heure : "Je ne sais pas si nous prendrons ou pas un couvre-feu. En tous cas, je suis le premier à ne pas vouloir en faire, parce que cette mesure demande beaucoup de moyens dehors la nuit, afin de contrôler qu'elle soit bien respectée. Ce qui se joue aujourd'hui, c'est plutôt la question comportementale, car ce n'est pas à coups de règlement que l'on éduque une population. Par rapport à l'épidémie de COVID, il y a une question de responsabilisation. Il n'y a aucune raison pour que l'on soit dans cette situation aujourd'hui, alors qu'elle était beaucoup plus sereine il y a un mois".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess