Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

Passages à niveau sensibles : la Région Auvergne-Rhône Alpes propose un pacte à l'État

lundi 18 décembre 2017 à 20:12 - Mis à jour le lundi 18 décembre 2017 à 7:30 Par Céline Loizeau, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

La sécurisation des passages à niveau n'est pas une compétence de la Région, mais bien de l’État et de la SNCF. Cependant, après le drame de la semaine passée, à Millas, près de Perpignan, le Conseil régional propose un pacte à l’État pour accélérer les travaux.

En Isère, le passage à niveau de la Verpillière est considéré comme "sensible" par la SNCF de part le fort trafic routier et ferroviaire et l'hyper-proximité d'un gros établissement scolaire.
En Isère, le passage à niveau de la Verpillière est considéré comme "sensible" par la SNCF de part le fort trafic routier et ferroviaire et l'hyper-proximité d'un gros établissement scolaire. © Radio France - Céline Loizeau

Lyon, France

Quelques jours seulement après la collision entre un train et un bus scolaire qui a coûté la vie à six collégiens (nouveau bilan communiqué ce lundi soir par la préfecture des Pyrénées-Orientales), à Millas; ce lundi, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé qu'il venait de proposer un "pacte" à l’État pour la sécurisation des passages à niveau de la région.

 "Je ne veux pas qu'on attende d'avoir un drame dans notre région pour réagir", a indiqué Laurent Wauquiez. Il a bien évidemment évoqué celui d'Allinges, en Haute-Savoie, en 2008, dans des conditions similaires. Il y avait eu sept morts. Il a aussi tenu à préciser qu'il avait saisi dès janvier - avant donc le drame des Pyrénées-Orientales - la SNCF sur ce dossier.

"Je ne veux pas qu'on attende d'avoir un drame dans notre région pour réagir" — Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpês

Doubler le nombre de chantiers d'ici cinq ans

Pourtant, la sécurisation des passages à niveau n'est pas une compétence de la Région, mais bien de l’État. Mais pour Laurent Wauquiez, certains dossiers ont _"pris trop de retard"et la Région "de part sa bonne gestion a fait des économies"_. Il souhaite en injecter une partie pour ces travaux.

"J'ouvre la négociation avec l’État. On injecte 50 millions sur cinq ans. Si l’État en fait de même, on peut doubler le nombre de chantiers de sécurisation de passages à niveau", précise le président LR d'Auvergne-Rhône-Alpes. Depuis, près de 10 ans, selon la Région, 27 passages à niveau ont été sécurisés. Là, on passerait à 53. Et les travaux pourraient commencer rapidement. 

"Le but n'est pas que l'Etat se désengage", prévient Laurent Wauquiez. La Région ne compte donc pas se substituer à l’État _"mais veut utiliser un effet de levier pour au contraire mobiliser l’État."_Chaque année, en moyenne, la SNCF consacre 5 à 8 millions d'euros par an pour cette thématique. Là, ça ferait 20 millions par an entre la Région et l’État. Quant à la liste des passages concernés, ni la région, ni SNCF Réseau n'était en mesure de la communiquer ce lundi soir.