Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Patrice Favard maire LR de Ribérac : "je ne pardonnerai jamais à François Fillon"

mercredi 1 mars 2017 à 17:29 Par Marie-Sylvie Prudhomme, France Bleu Périgord

Patrice Favard, le maire Les Républicains de Ribérac en Dordogne ne comprend pas la décision de François Fillon qui a décidé ce mercredi de maintenir sa candidature à la présidence de la République. L'élu périgourdin ne fera pas campagne pour lui.

Patrice Favard maire LR de Ribérac en Dordogne
Patrice Favard maire LR de Ribérac en Dordogne © Radio France - Marie-Sylvie Prudhomme

24000 Périgueux, France

Patrice Favard, le maire Les Républicains de Ribérac en Dordogne fait partie de ces élus de droite pour qui la décision de François Fillon a du mal à passer. Le candidat LR à la présidence de la République a annoncé ce mercredi midi qu'il maintenait sa candidature malgré sa future mise en examen dans l'affaire du présumé emploi fictif de son épouse Pénéloppe.

Assassinat politique = mort politique

Pour Patrice Favard, fervent soutien de la candidature d'Alain Juppé pendant la primaire, cette décision n'est pas acceptable " je suis très clair, François Fillon dans sa déclaration parle d'un assassinat politique, à partir du moment où il emploie ce terme il reconnait lui même sa mort politique et je ne vois pas l'intérêt de continuer dans ce contexte là".

"Je ne ferai pas campagne pour François Fillon"

Patrice Favard est aujourd'hui un élu de droite déçu et coincé entre ses convictions et ce qu'il estime être une faute morale " je voterai certainement pour François Fillon avec déception. A partir du moment où vous avez des paroles fortes pendant la campagne, il faut ensuite les assumer. Une mise en examen c'est quelque chose de sérieux et de grave. Je ne ferai pas campagne pour François Fillon et je ne pardonnerai pas à François Fillon. Au delà de l'homme dit-il , "il y a des idées, des valeurs à défendre. Il y a un bilan socialiste catastrophique, il y a un candidat, Emmanuel macron, fils spirituel de François Hollande qui n'a aucun programme, il y a la place pour un candidat de la droite et du centre réunis".

"Ça contribue encore à troubler l'image des hommes politiques"

Et le maire de Ribérac laisse pointer son amertume " je crois qu'on passe à côté de quelque chose et que l'on prend de grands risques". Et les arguments de François Fillon ne le convainc pas " il s'en remet au suffrage universel malgré ses déclarations antérieures, il avait dit il y a quelques semaines que si il était mis en examen, il se retirerai, ce n'est pas le cas, çà met encore la suspicion sur le personnel politique français, ça contribue encore à troubler le discours politique et l'image des hommes politiques".

Juppé le seul à avoir la carrure

Et si le maire de Ribérac dit clairement qu'il compte garder sa carte aux Républicains " parce que nous partageons des valeurs", il espère aussi que tout n'est pas perdu avec pourquoi pas un retournement de situation " en politique dit-il il y en a souvent". Alain Juppé est pour lui " le seul successeur possible à la candidature"; "Nous avons besoin d'un homme apprécié des Français, fédérateur et rassembleur qui saura porter avec courage un grand projet au delà des clivages".

Réactions partagées en Dordogne

En Dordogne, Jérôme Peyrat, le maire de La Roque-Gageac et candidat aux législatives appelle François Fillon à se retirer. _"Il avait dit qu'en cas de mise en examen il se retirerait mais il ne tient pas sa promesse. Il faudrait que nos instances trouvent une autre solution." Antoine Audi, le maire de Périgueux, salue le courage du candidat Fillon et déplore l'acharnement médiatique et juridique auquel il doit faire face. Le patron des Républicains en Dordogne, Dominique Bousquet est sur la même ligne de défense. "Est-ce que la mise en examen est normale ou pas normale ? Nous on veut une ligne politique et un candidat. Ces affaires ne changent rien à la nécessité d'avoir un candidat avec un programme qui va permettre à la France de s'en sortir." L_es élus doivent maintenant convaincre les militants qu'il faut tenir bon. Ils devraient être réunis en fin de semaine par le parti.