Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Patricia Adam (PS) au sujet de Richard Ferrand : "Je ne suis pas une girouette, moi"

dimanche 11 juin 2017 à 23:49 Par Nolwenn Quioc, France Bleu Breizh Izel

A Brest, c'est un coup de tonnerre pour le Parti Socialiste : la députée sortante Patricia Adam est éliminée dès le premier tour. La socialiste parle d'un tsunami "En Marche", et tâcle au passage le candidat du mouvement dans la 6ème circonscription du Finistère, Richard Ferrand.

Patricia Adam, députée sortante de la circonscription de Brest Centre
Patricia Adam, députée sortante de la circonscription de Brest Centre © Maxppp -

Brest

Le second tour des législatives dans la circonscription de Brest Centre verra s'affronter le candidat de la République En Marche, Jean-Charles Larsonneur (39,99% des voix) et celui de la France Insoumise, Pierre-Yves Cadalen (15,10% des suffrages). Arrivée en troisième position, avec 14,10% des voix, la députée sortante Patricia Adam, ne peut que s'incliner devant ce qu'elle appelle le "tsunami" de la République en Marche.

Patricia Adam en colère contre Richard Ferrand

La socialiste ne mâche pas ses mots pour parler de la principale figure du mouvement dans la région : Richard Ferrand, député sortant et candidat dans la circonscription de Carhaix-Châteaulin. Malgré les affaires qui ont entaché sa campagne, le ministre de la Cohésion des Territoires arrive largement en tête au premier tour (33,93% des voix).

"Il y a des faits qui relèvent à la limite de l'escroquerie" - Patricia Adam

"Il y a des faits, qu'il ne nie pas d'ailleurs, qui relèvent à la limite de l'escroquerie" dénonce la socialiste, faisant allusion à l'enquête préliminaire ouverte suite à l'affaire immobilière qui touche le député sortant. "Je ne comprends pas comment on a pu ainsi voter. Moi je suis restée fidèle à mon parti, à mes valeurs, à mes principes."

Pour Patricia Adam, Richard Ferrand n'aurait pas dû être candidat aux législatives

Quand on demande à Patricia Adam si le candidat avait bien sa place dans cette élection, sa réponse est claire : "Quand on se fait un patrimoine de plus de 600 000 euros, non. Ce n'est pas ma conception de la vie et en tout cas ce n'est pas les valeurs que je partage avec ce monsieur".

"Je ne suis pas une girouette, moi" - Patricia Adam

"Moi je ne voterais jamais pour quelqu'un comme ce personnage, continue Patricia Adam. Il était socialiste, il a fait parti des frondeurs pendant pratiquement toute cette législature, et comme par hasard il est passé "En Marche" pour suivre le vent qui tournait. Ce n'est pas ma conception de la vie. Je ne suis pas une girouette moi."

La majorité absolue pour la République en Marche à l'Assemblée Nationale

D'après les premières estimations, La République en Marche devrait obtenir une très large majorité à l'Assemblée Nationale à l'issue du second tour des élections législatives (entre 390 et 445 sièges). Un résultat que déplore Patricia Adam. "On va avoir un Parlement dans lequel il n'y aura même plus de débat" dénonce l'ex-députée brestoise.

"On va avoir un nombre de parlementaires qui n'ont jamais pris de responsabilités dans la vie publique" - Patricia Adam

"Ce qui m'inquiète, c'est qu'on va avoir un nombre de parlementaires qui n'ont jamais pris de responsabilités, quelles qu'elles soient, dans la vie publique : que ce soit dans un syndicat, dans une association, dans une vie locale. Pour moi c'est absolument inconcevable. Ce n'est pas l'image que j'ai de la démocratie, du débat publique, et c'est dramatique."