Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Bordeaux : de Juppé à Florian

Patrick Bobet succède à Alain Juppé à la Métropole de Bordeaux : "Un grand vide et un grand challenge"

-
Par , France Bleu Gironde

Patrick Bobet a été désigné à l'unanimité des élus de la majorité, à la Métropole de Bordeaux pour succéder à Alain Juppé à la tête de l'agglomération. Maire LR du Bouscat, déjà adjoint aux finances au conseil communautaire, âgé de 67 ans, il mesure la tâche qui l'attend. Entretien.

Patrick Bobet le maire du Bouscat, futur président de la Métropole de Bordeaux, lors de la première soudure de rail de la ligne D du tramway au Bouscat
Patrick Bobet le maire du Bouscat, futur président de la Métropole de Bordeaux, lors de la première soudure de rail de la ligne D du tramway au Bouscat - Bordeaux Métropole

Le Bouscat, France

Alain Juppé a tiré sa révérence ce vendredi matin, en présidant son dernier conseil de Bordeaux Métropole. C'est Patrick Bobet le maire Les Républicains du Bouscat et adjoint aux finances de l'agglomération, qui va prendre sa succession. 

Il a été désigné à l'unanimité par les élus de la majorité "communauté d'avenir". Selon Alain Juppé, c'est "un bon maire et un bon adjoint aux finances à l'agglomération qui connaît bien les rouages. Un homme de rassemblement et bienveillant".

Quelle est votre réaction après avoir été officiellement choisi pour prendre la succession d'Alain Juppé à la Métropole?

C'est d'abord une très forte émotion de voir partir Alain Juppé. Je suis très heureux pour lui. C'est une belle apothéose de carrière, le Conseil Constitutionnel. Ce sera un grand vide et c'est un grand challenge qui nous attend. Nous allons prendre une feuille blanche et écrire cet avenir là. Parce que pour moi, l'avenir le vrai, c'est 2020. On connaît les enjeux. On va relever les gants.

Vous allez jouer un jeu d'équilibriste jusqu'en 2020 puis mener une stratégie ensuite ?

Non. Nous sommes en ordre de marche dès aujourd'hui pour préparer l'après 2020. Nous n'allons pas attendre et travailler dès aujourd'hui.

Et vous serez candidat à la présidence de la Métropole ?

Je serais candidat à la mairie du Bouscat en 2020.

Comment envisagez-vous cette année qui s'ouvre ?

Avec beaucoup de travail surtout. Ce sera énorme parce qu'on connaît la capacité d'Alain Juppé, et de travailler, et de comprendre les dossiers très rapidement. Je ne prétends pas avoir cette capacité. Que les choses soient claires. Avec moi, ce sera peut-être plus en équipe, parce que j'ai besoin d'avoir une équipe autour de moi, d'écouter, d'entendre, et d'être consensuel. Pour être clair, si je n'avais pas été désigné à l'unanimité ce vendredi matin par la majorité, je n'y serai pas allé!

Consensuel, c'est le mot qui vous résume le mieux?

Oui c'est ça. Je crois que nos habitants attendent de nous, le consensus. On est plus intelligent quand on travaille, ensemble et à plusieurs.

Vous pensez également bien travailler avec Nicolas Florian ?

Totalement. Nous sommes très amis dans la vie. Et on partage les mêmes convictions républicaines, gaullistes, d'humanisme profond, vous le savez. Extrêmement européen aussi. Il n'y a pas une feuille de papier de cigarettes entre nous deux.

Choix de la station

France Bleu