Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Patrick Braouezec, ancien maire communiste de Saint-Denis, votera Macron

mardi 7 mars 2017 à 13:37 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Le communiste Patrick Braouezec, ancien maire de Saint-Denis et actuel président de Plaine Commune, annonce qu'il votera Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle pour éviter un "second tour droite extrême - extrême droite" et en l'absence "d'une alliance entre Hamon et Mélenchon".

Patrick Braouezec, à Paris, en septembre 2013
Patrick Braouezec, à Paris, en septembre 2013 © Maxppp - Christophe Morin

Saint-Denis, France

C'est une prise de position iconoclaste pour un communiste. Patrick Braouezec, président de Plaine Commune (territoire qui regroupe neuf villes de Seine-Saint-Denis), ancien député-maire de Saint-Denis, annonce ce mercredi qu'il soutient Emmanuel Macron et votera pour le candidat d'En Marche! au premier tour de la présidentielle.

Eviter "un second tour droite extrême - extrême droite"

Elu d'un "territoire populaire", il dit mesurer "les conséquences dramatiques d’un second tour droite extrême - extrême droite pour la majorité de la population de ce territoire", dans une tribune publiée dans le journal Le Monde. Il regrette également, "l'impossibilité d'une alliance entre Hamon et Mélenchon". "Je suis assez pessimiste sur nos capacités à mettre en défaut la droit extrême et l'extrême droite si jamais elle arrivait au pouvoir" dit-il encore à nos confrères de France Inter dans une interview diffusée dans le journal de 13h.

L'élu communiste reconnaît des "divergences (en matière d’écologie, de service public, de place des quartiers populaires ou de retraites)" avec les positions du candidat d'En Marche! et assure que son vote "n’est pas un ralliement" au mouvement. Il appelle d'ailleurs "à voter pour les candidats présentés par le PCF ou par le Front de gauche aux législatives des 11 et 18 juin".