Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Patrick Weiten : "la Moselle a besoin de continuité"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Ce jeudi, le conseil départemental de la Moselle élit son président. Patrick Weiten, le sortant, fait face à deux concurrents, Jean-Luc Bohl, le maire de Montigny-lès-Metz, et Jean François, son ancien premier vice-président. Et défend "la continuité."

Patrick Weiten s'impose sans problème dans son canton de Yutz
Patrick Weiten s'impose sans problème dans son canton de Yutz © Radio France - Cécile Soulé

Ses deux "challengers" se sont déjà exprimés cette semaine : Jean-Luc Bohl, le maire de Montigny-lès-Metz, lundi, et Jean François, ancien premier vice-président du département, mardi. Patrick Weiten, le président sortant du département de la Moselle, a également tenu à s'exprimer, lors d'une conférence de presse la veille de l'élection, prévue ce jeudi. 

Tous les projets sont sur les rails."

Celui qui est sorti largement victorieux dans son canton de Yutz, avec plus de 70% des suffrages exprimés, défend son bilan, validé, selon lui, par l'écrasante majorité obtenue par la droite et le centre lors de ces élections départementales. Il dit s'inquiéter de voir ses opposants parler de rupture : "Tous les projets sont sur les rails. Le plan collèges, le plan social, le plan enfance-famille, toutes ces démarches ont été adoptées par tous, même ceux qui critiquent aujourd'hui ma présidence. L'agence Moselle Attractivité, qui a été créée pour soutenir et développer le tourisme, le label Qualité Moselle, la marque MOSL, sont essentiels pour nos producteurs. Et on veut rentrer en rupture alors qu'on est en pleine crise ? La Moselle a besoin de continuité."

Depuis le 17 mars 2020, nous avons travaillé dans la précipitation, dans l'urgence."

Ses opposants critiquent une présidence autocratique ? Patrick Weiten leur répond, là encore, en invoquant la crise sanitaire : "Depuis le 17 mars 2020, nous avons travaillé dans la précipitation, dans l'urgence, lorsqu'il fallu traiter la question des masques, des tests, des doses, des décès dans les EHPAD, la fermeture des collèges, l'accueil des enfants de soignants... Il n'y a pas toujours eu la concertation que j'avais auparavant, il n'y avait plus non plus de moments de convivialité, donc il y a eu cet éloignement de la présidence. On en tiendra compte dans la nouvelle gouvernance."

On a un premier vice-président qui a voté contre la majorité, et qui requiert aujourd'hui la confiance de la majorité."

Sans jamais le nommer, Patrick Weiten s'est montré particulièrement virulent envers Jean François, son ancien premier vice-président, poste qu'il lui a retiré en 2017 après que ce dernier n'a pas voté une augmentation d'impôts. Pour lui, "on a un premier vice-président qui a voté contre la majorité, et qui requiert aujourd'hui la confiance de la majorité. Je ne comprends pas." Peut-on parler de trahison ? "On peut appeler ça comme ça. Je pense qu'il y a un écart qui est incompréhensible", conclut Patrick Weiten. Le vote aura lieu ce jeudi matin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess