Politique

Pays Basque : ils veulent ouvrir les frontières de l'Europe aux réfugiés

Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque jeudi 29 décembre 2016 à 19:49

La plate-forme "Ongi etorri errefuxiatuak" se réunit tous les vendredis à Bilbao
La plate-forme "Ongi etorri errefuxiatuak" se réunit tous les vendredis à Bilbao © Radio France - Artzen Letona

Deux Basques de Bilbao et de Pampelune ont voulu ramener huit réfugiés syriens, afghans et iraniens de Grèce. Une action organisée pour dénoncer la fermeture des frontières. Ils seront jugés par le tribunal de Corfou.

Mikel Zuloaga et Begoña Uharte ont préparé leur voyage avec leur association, la plateforme "Ongi etorri errefuxiatuak" (Bienvenue aux réfugiés). Ils veulent prouver que les gens sont prêts à accueillir les réfugiés et que la politique migratoire de l'Europe doit être plus généreuse. France Bleu Pays Basque avait rencontré cette plate-forme dans l'émission Zubiak du 17 décembre.

Ils veulent ouvrir les frontières de l'Europe

Nati Ovelleiro est membre de "Ongi etorri errefuxiatuak", elle explique que le voyage a été préparé, planifié et qu'il bénéficie d'un large soutien en Pays Basque.

Nati Ovelleiro: Nous sommes très mobilisés parce que nos pères, nos mères, nos papis, nos mamies presque tous ont été réfugiésavec la Guerre d'Espagne"

Les deux accusés ont reconnu leur acte, le Tribunal de Corfou doit les juger vendredi 30 décembre, mais pas pour trafic d'êtres humains qui est un crime. La justice grecque leur reproche l'incitation à l'immigration clandestine. Des manifestations sont prévues en Espagne cette fin de semaine. Mikel Zuloaga et Begoña Uharte bénéficient d'un large soutien politique, notamment celui des nationalistes basques et du parti Podemos.

Large soutien en Espagne

Mais à Bayonne, Mikel Zuloaga n'est pas un inconnu. Il est entré en relation avec une association qui défend aussi les réfugiés et s'est donné pour tâche d'expliquer pourquoi les gens décident d'émigrer. Amaia Fontang, porte-parole d'Etorkinekin (avec les réfugiés) comprend l'action qui a été menée.

Amaia Fontang: "il faut revoir toutes ces politiques migratoires, un autre accueil est possible"